GRIPPE A : Son traitement représente un enjeu géoéconomique à coupS de milliards de dollars - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/08/2009 à 23h24 par Michel Walter.


GRIPPE A : SON TRAITEMENT REPRÉSENTE UN ENJEU GÉOÉCONOMIQUE À COUPS DE MILLIARDS DE DOLLARS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
GRIPPE A : Son traitement représente un enjeu géoéconomique à coupS de milliards de dollars

Information recueuillie par Colibri Michel

Par Abdelkrim Ghezali

La grippe porcine est, certes une réalité qui touche la majorité des pays et menace la santé publique.

Cependant, des spécialistes s'interrogent sur l'ampleur de la campagne menée par les laboratoires de médicaments brandissant l'épouvantail d'une pandémie qui menace l'humanité.

Le rapport présenté mardi
dernier à l'administration américaine est des plus pessimistes et catastrophiques dans la mesure où il prévoit la contamination de la population des Etats-Unis et le décès de 90 000 personnes cet automne.

Pour ces spécialistes qui s'élèvent contre ces scénarii catastrophe, si le risque est réel pour la santé publique, il faut l'envisager à sa juste valeur sans tomber dans l'hystérie qui n'arrange que des calculs mercantilistes de laboratoires dont les vraies prévisions visent les recettes qui se chiffrent en centaines de milliards de dollars et non l'hécatombe que pourrait provoquer le virus de la grippe porcine.

C'est à ce titre que le Monde écrit dans l'une de ses éditions : «Depuis avril 2009, une propagande mondiale de peur sur un nouveau virus monopolise notre attention.

Ce virus aurait les mêmes symptômes qu'une grippe classique, mais se terminerait avec une complication pulmonaire mortelle. Aussi, le serial killer microscopique viserait surtout les jeunes adultes avec un système immunitaire solide.

Des experts prédisent même un pic épidémique en automne et en hiver pouvant entraîner une campagne de vaccination mondiale.»

Le même journal présente ainsi la nature de cette nouvelle «menace» sur la santé des humains : «Au niveau de la structure génétique de ce virus, celle-ci mélangerait de l'ADN d'un virus porcin (H1N1), aviaire [H5N1] et humain [H3N2].

Cette configuration serait due à une mutation génétique normale d'après certains experts. Ce qui expliquerait le renouvellement des vaccins chaque année.

Problème, d'autres experts considèrent cette mutation comme inhabituelle, comme s'il s'agissait d'une hybridation artificielle (créée en laboratoire par manipulation génétique).

Bizarrement, 2 mois avant l'apparition de la grippe porcine, on apprend qu'une nouvelle usine de vaccin contre la grippe classique va ouvrir au Mexique, pendant la visite de Nicolas Sarkozy.

Et que celle-ci va, comme par magie, produire des vaccins contre la grippe pandémique. On apprend ainsi que le traitement préventif contre le virus H1N1 est pris en charge par les gouvernements et institutions qui recommandent le Tamiflu (dont l'efficacité n'a pas été prouvée) du laboratoire de biotechnologie Gilead Science Inc de l'ancien actionnaire principal Donald Rumsfeld (de l'administration Bush), qui traite aussi des patients avec le HIV, l'hépatite B... avec d'autres médicaments.

Le Monde rapporte que «certaines sources pensent même que Donald Rumsfeld serait lié à la grippe aviaire, qui aurait été créée pouret détruire l'industrie de volaille biologique asiatique et la remplacer par l'industrie de volaille transgénique de la multinationale Monsanto.

Cliquer sur Lien utile pour lire la suite de l'article


Dossier complet de Terre sacrée