Grippe A: les médecins et infirmières font de la résistance - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/09/2009 à 13h36 par Michel Walter.


GRIPPE A: LES MÉDECINS ET INFIRMIÈRES FONT DE LA RÉSISTANCE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Grippe A: les médecins et infirmières font de la résistance

Information transmise par Michel

Une enquête a été menée du 27 juillet au 6 septembre auprès de 4725 médecins, infirmiers et aide-soignants, par l'Espace éthique de l'Assistance publique des hôpitaux de Paris.

L'Express en publie les résultats : des chiffres révélateurs sur le malaise ambiant dans la profession. Près de 40% des interrogés ne disent pas oui au fait de se faire vacciner en premier contre la Grippe A.

Deux points chagrinent les professionnels de la santé à l'heure actuelle :

1. La question des effets secondaires : "Ce vaccin va être comercialisé avec trop peu de recul, je ne suis pas convaincu par son innocuité", témoigne un médecin généraliste.

2. L'impression d'être pris pour des rats de laboratoires : "L'Organisation Mondiale de la Santé reconnaît que les vaccins ont été conçus selon des techniques nouvelles et qu'il conviendra d'effectuer une surveillance accrue dans la phase postvaccinale" annonce un autre généraliste.

Pour ce qui est de la population, Sud Ouest parle de controverse autour de ce vaccin. Un sondage Ifop paru dans le quotidien régional de dimanche dernier démontre qu'un Français sur deux n'y serait pas favorable...

Et vous ? Pour ou contre le vaccin ? Et aurez-vous une certaine appréhension à vous rendre chez votre généraliste dans les semaines à venir, si ce dernier n'est pas lui aussi immunisé ?

Info publiée par la rédaction du Post

(Sources: L'Express, Sud Ouest, Ifop)

Vivement sollicitées par le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI, affilié à la CFE-CGC), la majorité des infirmières ayant répondu à l'appel à la vaccination contre la grippe A ont refusé de se faire vacciner. Sur 12.607 infirmières sondées en début du mois de septembre, et 2.074 réponses enregistrées en une semaine, 63% refusent de le faire et 11% n'ont pas encore pris leur décision. Les principales raisons de ce refus massif de la part des infirmières seraient entre autres, liés à la crainte d'effets indésirables et de questionnements sur la possibilité qu'elles y soient contraintes par leur employeur ou par l'Etat. . .

Source

Dossier complet mis à jour quotidiennement