Grippe A (H1N1) - Pour ou contre la vaccination ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/11/2009 à 15h01 par Jacques.


GRIPPE A (H1N1) - POUR OU CONTRE LA VACCINATION ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Grippe A (H1N1) - Pour ou contre la vaccination ?

Information sélectionnée par Jacques

Spécialiste des maladies infectieuses et tropicales, le professeur Marc Gentilini, est membre de l'Académie de médecine et ancien président de la Croix-Rouge française. Il explique à France-Soir les raisons de son opposition à la campagne de vaccination. De l'autre côté, le Pr Jean-François Delfraissy, coordinateur des recherches menées à l'Inserm sur le virus H1N1, rappelle que tout traitement, même efficace, comporte une part de risque.

FRANCE-SOIR. Que pensez-vous de cette campagne de vaccination ?

MARC GENTILINI. Je suis un peu réservé. Je ne vois aucune urgence à vacciner massivement, d'autant que cette campagne risque de déstabiliser le système de santé français pendant plusieurs mois. Les descriptions dramatiques qui nous ont été faites au sujet de cette grippe depuis avril ne sont pas d'actualité. En 2005, on nous avait décrit le même scénario catastrophe au sujet de la grippe aviaire, pour rien. Ces fausses alertes coûtent trop cher à la France et à la Sécurité sociale.

Pensez-vous que le vaccin soit dangereux ?

Je ne pense pas car il répond aux critères que l'on applique dans la fabrication de tout nouveau produit biologique. Il n'en reste pas moins que c'est un produit neuf, et que tous les vaccins ont une possibilité, même infime, d'engendrer des complications. Mais il est certain que le cas de syndrome Guillain-Barré ne va pas faciliter l'acceptation de la vaccination par le public. Il faut bien reconnaître que 1/53.000, ça fait beaucoup.

Pensez-vous que la dangerosité de la grippe A soit surévaluée ?

Quand je regarde les autres urgences sanitaires dans le monde, je ne comprends pas cette fixation sur la grippe A. Un milliard d'hommes affamés sur terre m'inquiètent plus que ces quelques décès, chez des gens qui, la plupart du temps, avaient des facteurs de risque. Chaque année, plus d'un million de personnes meurent du paludisme dans l'indifférence générale.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire