Greenpeace manifeste au glacier - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/08/2009 à 09h06 par Tanka.


GREENPEACE MANIFESTE AU GLACIER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Greenpeace manifeste au glacier

Information sélectionnée par Tanka

«Our Climate - Your Decision!» Cette formule a été apposée hier sur le fond du glacier du Gorner, au-dessus de Zermatt. Elle signifie «Notre climat, c'est votre décision», allusion aux émissions encore trop massives des gaz à effet de serre, CO2 en tête.

Aujourd'hui en effet se tient la séance du Conseil fédéral qui devra poser les axes de la future politique suisse en la matière. Greenpeace, l'auteur de cet affichage à même le glacier, entend rappeler aux sept Sages que la norme crédible de réduction des émissions de CO2 d'ici à 2020, c'est 40%. Mais comme toujours en politique, on devient réaliste. Nicolas de Roten coordinateur et responsable de la communication du Bureau francophone de Greenpeace à Genève estimait qu'on pouvait attendre 25% de réduction de la part du Gouvernement suisse. Et dans ces 25%, la moitié viendrait des réductions de CO2 à l'étranger qu'on peut acheter sous forme de certificats.

Initiative climatique

Pour Greenpeace, la prochaine perspective c'est l'initiative climatique, qui sera certainement proposée à la votation vers la fin 2010. L'action d'hier au glacier du Gorner était donc l'envoi de la campagne de l'organisation environnementale. Elle voit plus loin encore: «Avec d'autres partenaires nous militons pour la création d'un fonds mondial pour le climat», poursuit Nicolas de Roten. «Ce fonds serait doté de 110 milliards d'euros par année (environ 170 milliards de francs), la participation suisse serait de 1,3 milliard d'euros annuels (environ 2 milliards de francs).» Ce fonds se répartirait à raison d'une aide pour les pays menacés par les conséquences du réchauffement climatique, d'un encouragement aux technologies cleantech (technologies de production d'énergies propres) et à la mise en oeuvre de moyens de développement durable dans les pays du Sud. Enfin, une partie de ce fonds irait également à la lutte contre la déforestation, responsable de 22% du réchauffement climatique actuel.

Selon Nicolas de Roten, c'est avéré: l'homme influence le réchauffement climatique. Greenpeace s'appuie, pour le dire, sur des experts scientifiques neutres et renommés. Il faut maintenant que les citoyens empoignent le taureau par les cornes.