Grèce : procès de la fraise de Manolada, la honte ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/08/2014 à 23h36 par Jacky.


GRÈCE : PROCÈS DE LA FRAISE DE MANOLADA, LA HONTE !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Grèce : procès de la fraise de Manolada, la honte !

 

Voila un peu plus d'un an qu'en Grece, des travailleurs agricoles embauches dans les champs de fraise de Manolada, venus réclamer leurs salaires impayés se faisaient tirer dessus par des contremaitres. Ces exactions effectuées dans une grosse exploitation productrice de fraises pour l'exportation révélaient l'indigne situation des travailleurs migrants, saisonniers de l'agriculture industrielle grecque.

Le tribunal de Patras, chargé de l'instruction de l'affaire et du jugement des auteurs de ce crime vient de rendre un verdict consternant :

- relaxe pour le propriétaire de l'exploitation,

- peines de prison révocables pour les contremaitres, désormais en liberté.

 

 

Si la procédure initiée par les travailleurs et leurs avocats s'arrêtait là, accordant impunité aux pratiques maffieuses des patrons de l'agriculture industrielle et instaurant le mépris total des droits fondamentaux des travailleurs cela signifierait qu'une jurisprudence inquiétante serait en gestation.

- La Confédération paysanne et la Coordination Européenne Via Campesina
apportent tout leur soutien aux travailleurs spoliés ainsi qu'à leurs soutiens locaux,

- continueront à soutenir toute démarche juridique complémentaire pour obtenir réparation,

- demandent aux institutions européennes de garantir le respect des droits des travailleurs quels que soient leurs statuts,

- insistent pour qu'une réelle conditionnalité sociale soit inscrite dans les textes de la PAC.

Par ailleurs la Confédération paysanne réaffirme que le modèle agricole industriel et productiviste n'est en aucun cas garant du droit au revenu des millions de petits paysans européens et demande que le principe de souveraineté alimentaire soit enfin reconnu et inscrit dans le droit international.

 

Un article de viacampesina.org/fr, relayé par SOS-planete

 

Note de Jacques : des pratiques d'un autre âge existent encore en Europe ! Il n'en faudrait pas beaucoup pour retourner à l'âge de pierre !

Lire également : Grèce : le verdict de la honte

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle, confidentielle et GRATUITE

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT ! Pensez à adopter la version PREMIUM
pour un surf plus intuitif et surtout un accès direct à toutes les zones clefs naturellement réservées

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Rédaction viacampesina.org/fr

Source : viacampesina.org