Glaciers : dislocations alarmantes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/08/2009 à 22h16 par Isabelle.


GLACIERS : DISLOCATIONS ALARMANTES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Glaciers : dislocations alarmantes

Information sélectionnée par Isabelle

Résultats inquiétants de l'expédition scientifique de Greenpeace dans l'Arctique.

L'Arctique Sunrise, un des bateau de Greenpeace est en expédition au nord ouest du Groenland depuis plus d'un mois afin de mesurer les impacts du changement climatique sur les glaciers de l'Arctique et du Groenland.

Une équipe composée de 5 scientifiques et universitaires –climatologues, glaciologues, océanographes- et d'activistes de Greenpeace étudie l'un des exemples concrets de l'impact croissant du changement climatique à l'extrême nord du Groenland à la frontière avec le Canada : la brisure et la séparation d'une partie du glacier Petermann.

Le glacier Petermann risque de se détacher de façon imminente.

Depuis plusieurs années, le glacier le plus septentrional du monde subit de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique et se fissure à une vitesse alarmante.

D'énormes blocs de glaces flottants se détachent régulièrement du glacier et sont charriés au large dans le détroit de Nares.

Ces dix dernières années, le glacier a perdu plus de 150 kilomètres carrés de sa superficie initiale.

D'après Jason Box, professeur au centre de recherche polaire de l'Université de l'Ohio, un morceau de 37 kilomètres carrés s'est déjà détaché du glacier entre le 11 et 24 juillet 2008.

« Cette expédition va nous aider à mieux comprendre comment la glace et les glaciers du Groenland réagissent au changement climatique, tout comme les conséquences globales sur la montée du niveau des océans » explique Jason Box.

Les climatologues et Greenpeace attirent l'attention sur une brèche monumentale de 16 kilomètres de long qui s'étend d'un bout à l'autre du fjord.

Si cette faille continue de progresser et parvient jusqu'à la base du glacier, elle pourrait provoquer la dislocation d'une plaque de glace de 160 kilomètres carrés soit l'équivalent de Manhattan et environ 5 millions de tonnes de glaces qui se détacheraient.

De surcroît, la fonte rapide des glaces arctiques provoque la formation de milliers de canaux et de lacs d'eau de fonte qui apparaissent à la surface des glaciers.

Une large rivière s'est ainsi formée au centre du glacier Petermann.

Elle s'infiltre à l'intérieur de la structure à travers un tourbillon profond de glace fondante d'un débit de cinquante mètres cubes par seconde, de quoi remplir une piscine olympique en moins d'une minute. [...]

Les impacts du changement climatique sont de plus en plus frappants, importants et rapides.
Les dernières données scientifiques montrent que le climat se dérègle au-delà des prévisions les plus pessimistes avancées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans son quatrième Rapport d'évaluation (RE4) en 2007.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.