Si l'oiseau n'a jamais volé, il ne saura jamais qu'il vit dans une cage

GFA de Verdeille : Appel à constituer une propriété collective pour une agriculture biologique le 23 - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/02/2010 à 10h18 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
GFA de Verdeille : Appel à constituer une propriété collective pour une agriculture biologique le 23

GFA de Verdeille : Appel à constituer une propriété collective pour une agriculture biologique le 23 février à B.a.-ba (Gaillac)

Nous sommes un groupe de quatre paysans désirant cultiver des légumes et des plantes aromatiques et médicinales en agriculture biologique.

Nous connaissons un agriculteur arrivé à l'âge de la retraite désirant vendre ses terres.

D'une surface de 6 hectares, celles-ci sont actuellement louées à un fermier qui les cultive en bio (AB) et qui n'est plus intéressé à les travailler.

Elles sont dans la vallée de l'Aveyron, et bénéficient d'un système d'irrigation par pompage dans la rivière.

Elles sont d'excellente qualité agronomique et profitent d'une situation bien exposée et protégée des aléas climatiques.

Nous souhaitons commencer à cultiver dès ce printemps.

Pour l'acquisition (d'un montant de 30 000€ pour la terre et 5000€ pour l'irrigation), nous nous sommes déterminés pour la constitution d'un groupement foncier agricole (GFA), équivalent agricole d'une SCI,

Un GFA pour quoi faire ?

La propriété collective des terres reste pour la plupart des communautés de base de notre- planète quelque chose de l'ordre du sacré; Ainsi au Chiapas il est sans cesse rappelé aux apôtres de la libéralisation que ” C'est nous qui appartenons à la terre ” et non le contraire.

Pour les zapatistes, le combat contre la privatisation de la terre est fondamental.

Le perdre amènerait inéluctablement la suite de la catastrophe : OGM, industrialisation, etc... , disparition de tout ce qui fait la vie, de tout ce qui fait sens...

Ici, dans cette période historique, nous en sommes rendus à utiliser des artifices juridiques : par exemple, le GFA.

Techniquement, le G.FA achètera les terres et en deviendra propriétaire.

Il louera ensuite ces terres aux agriculteurs. Le montant de l'achat représentera le capital du G.FA et sera divisé en parts égales, dont le montant a été fixé par le groupe de démarrage à 150€.

Chaque associé détiendra une ou plusieurs parts selon le montant qu'il pourra investir.

Fonctionnellement, le G.FA sera défini par les statuts présentés et votés lors d'une assemblée générale constitutive et par un règlement intérieur.

La gestion courante sera effectuée par les gérants nommés lors de l'assemblée générale convoquée chaque année.

Politiquement, acheter en GFA, c'est participer à une neutralisation de la spéculation sur le prix des terres. Le GFA installe un usage durable, un des premiers droits fondamentaux de l'humain.

Cette histoire ne s'arrêtera pas avec nous puisque les problèmes de succession (concernant l'usage) et de transmission (concernant la propriété) ne se poseront plus de la même manière.

Nous vous invitons donc à une aventure collective qui contribuera à porter le débat sur le questionnement de la propriété et de l'usage.

Nous organisons une soirée à Baba le mardi 23 février à 20h, pour raconter notre aventure, et discuter de ses implications politiques (sur la propriété collective, la transmission d'un lieu, etc..).

Source : gaillacinfo

ww.ba-ba.org/

Info recueillie par Michel95

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.