Genève remet sur la table le droit à l'alimentation - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/09/2009 à 21h46 par Jacques.


GENÈVE REMET SUR LA TABLE LE DROIT À L'ALIMENTATION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Genève remet sur la table le droit à l'alimentation

Information sélectionnée par Jacques

ALAIN JOURDAN | 07.09.2009 | 00:00

La crise financière, qui affecte le moral des consommateurs et ralentit les économies des pays riches, a renforcé les égoïsmes. Le monde occidental a oublié que la principale préoccupation de près d'un milliard d'habitants de la planète est de pouvoir se nourrir.

Pour sa 25e édition, le Forum médias Nord-Sud a choisi de porter le couteau dans la plaie avec un thème provocateur: «La faim du monde». Après une escapade en Inde, l'an passé, le Forum revient à Genève avec des documentaires, des débats et un large panel d'intervenants. Parmi eux, l'agronome suisse Hans Herren, qui a rendu un rapport détonant sur l'agriculture en avril 2008. Et qu'on a, après de chaleureuses félicitations, remisé dans un tiroir.

Hans Herren disait qu'il fallait tout simplement revoir le modèle d'agriculture dans les pays en développement. Autrement dit, revenir à une agriculture fondée sur de petites exploitations et bannir les modèles agro-industriels qui n'ont fait que renforcer la dépendance des pays pauvres à l'égard des pays riches. «L'agriculture est importante pour la survie de l'humanité», martèle le chercheur.

«La crise des produits alimentaires a montré la vulnérabilité de notre système d'échange Nord-Sud», rappelle Liliane Ortega, directrice suppléante du programme global de sécurité alimentaire à la Direction du développement et de la coopération (DDC). Une crise en chassant une autre, la question de l'alimentation est repassée au second plan ces derniers mois.

La Suisse, qui s'est toujours montrée en pointe sur la question du droit à l'alimentation, n'est pas prête à laisser enterrer l'affaire. Le Forum international médias Nord-Sud se charge de la piqûre de rappel. «Le but étant aussi de se mettre à l'écoute de ceux qui, sur place, ont des choses à dire», explique Philipp Rapp, le directeur du Forum.

L'un des témoins attendus cette année est le secrétaire national pour la sécurité alimentaire et la nutrition du Brésil, Crispim Moreira.

Coordonnateur du programme «Faim zéro» du gouvernement de Lula, Crispim Moreira est l'un des artisans de cette politique d'autosuffisance alimentaire qui fait écho aux préconisations du Suisse Hans Herren.

Le Brésil a renforcé l'agriculture en soutenant l'activité des petits agriculteurs à travers un vaste programme. Aujourd'hui, cette expérience sert de modèle. Plusieurs pays africains veulent s'en inspirer.

Toute la difficulté consiste à bien canaliser l'aide. Un sujet qui sera d'ailleurs abordé au cours du Forum. La représentante de la DDC, Liliana Ortega, ne cache pas qu'avec un budget de 30 millions de francs par an pour son programme de soutien, la Suisse doit faire «des choix stratégiques et ne pas se perdre dans les méandres de l'aide alimentaire».