Gaz de schistes : D'importantes quantités de méthane s'échapperaient du sol - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/03/2011 à 21h19 par Jacques.


GAZ DE SCHISTES : D'IMPORTANTES QUANTITÉS DE MÉTHANE S'ÉCHAPPERAIENT DU SOL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Titre original :
Gaz de schistes - Intervention spéciale réclamée par l'AQLPA au puits de La Présentation

 

Le puits de gaz de schiste de La Présentation, en Montérégie, laisserait s'échapper du méthane qui forme des bulles dans l'eau de fonte de la neige «dans un périmètre important» autour de la tête du puits dont Québec a ordonné la fermeture, a affirmé hier au Devoir le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle.

C'est en guidant une équipe de tournage de TVA, équipée d'une caméra infrarouge, que les personnes présentes ont observé de «bulles» dans l'eau gisant sur le sol autour de la tête du puits, ce qui indiquerait, selon André Bélisle, que du méthane s'échapperait du sol en empruntant des voies imprévues.

Devant l'importance des fuites qui émanaient de la tête du puits de La Présentation, la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau, a annoncé jeudi avoir ordonné à la société Cambrian Energy de fermer son puits.

Mme Normandeau a apporté cette précision en marge de la conférence de presse sur l'annonce d'une entente fédérale-provinciale sur le gisement Old Harry.

«Il ne suffira pas d'ordonner à Cambrian de fermer la valve à la tête de ce puits. Il y a eu là de la fracturation hydraulique et il semble que le gaz se soit fait des chemins pour sortir un peu partout.

Il va falloir davantage que ça, car on a observé des fuites dans un rayon de plus de 20 mètres du puits», a précisé le porte-parole de l'AQLPA.

«Des fuites visibles»

Les citoyens de l'endroit s'inquiétaient des fuites «visibles» de ce puits depuis l'été dernier, poursuit André Bélisle, et les inspecteurs environnementaux en ont finalement ordonné la maîtrise il y a deux mois dans un avis d'infraction.

«L'annonce a priori positive de la fermeture de ce puits pose néanmoins toute une série de questions, ajoute le président de l'AQLPA. Comment se fait-il que ce soit la ministre Normandeau qui ordonne cette fermeture, alors que la pollution de l'air et l'avis d'infraction pour contrôler la fuite viennent du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, dirigé par le ministre Pierre Arcand? Qui contrôle la pollution au Québec?»

Et d'autres questions se posent, poursuit-il: «Y a-t-il contamination de la nappe phréatique? Qui et comment va-t-on vérifier la chose?

Quelle est l'importance des émissions fugitives de méthane dans l'air?

Est-ce que fermer le puits mettra fin aux fuites tout autour et aux dangers de contamination de la nappe phréatique?

Est-ce que la compagnie sera tenue responsable des dommages et, si oui, jusqu'à quand?

Qui va payer la note pour la remise en état et la décontamination, le cas échéant? Qui assurera le suivi une fois l'exploitant parti? Est-ce qu'un état de situation et tous les bilans seront rendus publics?»

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Louis-Gilles Francoeur

Source : www.ledevoir.com