Gaz de schiste, sables bitumineux: le capitalisme de destruction totale - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/04/2011 à 22h40 par Mich.


GAZ DE SCHISTE, SABLES BITUMINEUX: LE CAPITALISME DE DESTRUCTION TOTALE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Gaz de schiste, sables bitumineux: le capitalisme de destruction totale

 

Les ressources naturelles s'épuisent, alors que la demande ne cesse d'augmenter, du fait de la mondialisation et des délocalisations qui augmentent la consommation des "pays émergents".

Plutôt qu'une reconversion coûteuse dans les énergies propres, l'industrie pétrolière a choisi d'exploiter jusqu'à la dernière goutte le pétrole et le gaz, où qu'ils se trouvent et quels que soient les dégâts pour l'environnement.

Cela a commencé avec l'exploitation des sables bitumineux au Canada. Dans l'état de l'Alberta, des engins mécaniques monstrueux rasent les forêts et dévorent la terre. De vastes espaces naturels magnifiques sont transformées en un paysage lunaire agrémenté de marres de pétrole et de produits chimiques utilisés pour récupérer le pétrole mélangé au sable. Quant aux habitants, beaucoup meurent de cancers ou d'autres maladies causées par la pollution.

L'autre "innovation" est l'exploitation du gaz de schiste. Dans de nombreuses régions du monde, du gaz naturel est présent dans de multiples fissures de la roche. La technique d'extraction a été inventée par la multinationale américaine Halliburton (dont Dick Cheney était le président avant de devenir le vice président de George W.Bush).

Elle consiste a faire un forage horizontal à 2000 mètres de profondeur. Puis la roche est fragmentée avec des explosifs qui peuvent provoquer des séismes en surface jusqu'à une magnitude 4. De grandes quantités d'eau sous pression mélangée à du sable et à un cocktail de 600 produits chimiques toxiques sont alors injectés. La dernière étape consiste à pomper le gaz libéré par l'opération.

La première conséquence est la destruction des ressources en eau de la région, d'une part à cause de l'utilisation d'une très grande quantité d'eau pour extraire le gaz, et d'autre part en polluant les nappes phréatiques et les cours d'eau avec les produits chimiques et une partie du gaz.

Les habitants voient leur santé se dégrader, le nombre de cas de cancer devient anormalement élevé, les animaux également dépérissent et tombent malades. Quant à l'eau qui sort des robinets, elle prend une couleur brune et devient inflammable.

Une autre conséquence est la destruction des paysages car un réseau très dense de forages est nécessaire, avec environ 3 puits par kilomètre carré, autour desquels la végétation est éradiquée par les installations et par le va-et-vient incessant des camions-citernes qui amènent les produits chimiques ou qui emmènent le gaz.

Pas moins de 300 camions sont utilisés pour chaque puit. Multiplié par le nombre de forages, le résultat est une forte pollution en surface par les gaz et les micro-particules cancérigènes de diesel qui sont émises par les camions, ainsi que d'importantes nuisances sonores pour les habitants. (en photo, le réseau de puits dans les régions de La Salle au Texas et de Garfield dans le Colorado)

Du fait de la collusion entre les multinationales et les gouvernements, des autorisations d'exploitation sont décidées malgré les conséquences pour l'environnement et la santé publique. Lorsque des lois existent pour interdire les produits chimiques toxiques utilisés, des dérogations spéciales sont accordées.

L'exploitation du gaz de schiste a déjà commencé à détruire plusieurs régions des Etats-Unis et du Canada. En France, il existe de grandes quantités de gaz de schiste qui suscitent la convoitise des multinationales pétrolières.

Le régime de Sarkozy avait commencé à accorder des autorisations à Total, à GDF Suez et à des compagnies américaines dans plusieurs départements du sud de la France, sans consultation des élus locaux, sans information de la population, et sans débat public. Mais la résistance s'organise, conduite notamment par José Bové.

Du fait de l'opposition grandissante au gaz de schiste, le gouvernement a décidé un moratoire, mais celui-ci est provisoire et expire en juin 2011. A gauche, les Verts et le Parti Socialiste promettent une interdiction totale de l'exploitation du gaz de schiste si ils remportent l'élection de 2012.

Nous connaissions déjà le "capitalisme vampire" dont le profit se fait exclusivement au détriment de la collectivité. Nous sommes désormais entrés dans l'ère du capitalisme de destruction totale, avec des multinationales qui réalisent leur profit en détruisant intégralement l'environnement et la vie des gens...

 

Un article publié par Syti.net

 

Nous aider

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : blog.syti.net

Source : blog.syti.net