Gaz de schiste : revivez le débat entre Delphine Batho et Laurence Parisot sur RMC - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/06/2013 à 21h29 par Jacky.


GAZ DE SCHISTE : REVIVEZ LE DÉBAT ENTRE DELPHINE BATHO ET LAURENCE PARISOT SUR RMC

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Gaz de schiste : revivez le débat entre Delphine Batho et Laurence Parisot sur RMC

 

Deux invitées, ce mercredi, autour de Jean-Jacques Bourdin. Delphine Batho, la ministre de l'Environnement, et la présidente du Medef Laurence Parisot, débattent de l'exploitation des gaz de schiste.

En Europe, des pays comme la Lituanie ou la Bulgarie ont décidé d'en interdire l'exploitation face aux menaces environnementales, tandis que d'autres, comme la Grande-Bretagne, se jettent sur le créneau.

En France, si son exploitation n'est toujours pas autorisée, son exploration – c'est-à-dire sa recherche – a déjà commencé, en cas de changement de législation.

8h56 - Laurence Parisot : « Est-ce qu'on veut continuer avec le progrès, est-ce qu'on a confiance en la science ? Dans la lutte contre le réchauffement climatique, nous voulons donner une part plus grande aux énergies renouvelables. Mais on ne peut pas continuer à les subventionner comme cela. Je propose un partenariat entre l'exploitation du gaz de schiste et le développement des énergies renouvelables, l'un permettant de financer l'autre ».

8h56 - Delphine Batho : « Je crois en la science. Ce n'est pas le refus du gaz de schiste, mais dire qu'il faut prendre le train de la compétition mondiale sur la croissance verte. Nous devons investir dans les énergies du futur. Le modèle français ne doit pas suivre le modèle américain ».

Un autre modèle environnemental possible ?

8h54 - Laurence Parisot : « Nous avons une vision de long terme. Il y a un enjeu d'indépendance énergétique, de prix du gaz, d'indépendance par rapport à la Russie ».

8h55 - Delphine Batho : « Nous ne pouvons pas sacrifier nos paysages. Nous sommes le premier pays touristique au monde ».

8h53 - Delphine Batho : « Je propose un new deal économique. C'est un affrontement entre les intérêts de court terme que vous défendez, et les intérêts de long terme. On a les moyens de dépasser cette contradiction ».

8h44 - Delphine Batho : « Le prix du gaz aux Etats-Unis n'intègre pas les dégâts environnementaux à supporter par les générations futures. Les puits de pétrole en région parisienne n'utilisent pas de fracturation hydraulique ».

8h44 - Laurence Parisot : « Si cela permet de relancer l'économie de la France, ça ne me gênerait pas d'avoir ce derrick pendant quatre semaines au bout de mon jardin. Tant que nous n'avons pas fait les premières explorations pour savoir si c'est rentable, nous ne pouvons pas savoir s'il en faut beaucoup. L'eau peut être retraitée à 70%. Il faut être à une certaine distance des nappes phréatiques, mais c'est maîtrisé. Le gaz de lac, dans les années 50, posait les mêmes questions. Est-ce qu'on veut se donner le moyen de relancer la croissance ? »

Le modèle américain ?

8h40 - Delphine Batho : « Aux Etats-Unis, il y a 200 000 forages, 5 000 trajets de camion par forage, 3 milliards de mètres cubes d'eau polluée, stockée au grand air, des pollutions de nappes phréatiques, du mercure, des métaux lourds, des séismes de plus de 5 sur l'échelle de Richter dus à l'exploitation des gaz de schiste. La loi de 2011 est une conquête démocratique, prise sous la poussée de citoyens qui ont découvert que le gouvernement avait délivré des permis d'exploration. Aux Etats-Unis, on ne compte pas les dégâts environnementaux ».

8h40 - Laurence Parisot : « Vous ne voulez aucune industrie en France ? Vous avez à chaque fois des transports en camion, des utilisations de produits chimiques. Sinon, on arrête tout ».

Faut-il assouplir la loi de 2011 sur la fracturation hydraulique ?

8h36 - Delphine Batho : « Non. Quand Nicolas Sarkozy a interdit la fracturation hydraulique, je n'ai pas entendu le Medef. Tout à coup, quand nous le confirmons, on vous entend ».

8h36 - Laurence Parisot : « Il n'y a aucun changement de position. Il ne faut pas transformer ce débat si important en un débat politique. La loi de 2011 a été une loi électoraliste. Nous nous sommes élevés contre cette loi. Il faut un débat économique et technique. Il faut assouplir la loi pour permettre la recherche, évaluer les ressources, connaître les gisements, leur compétitivité, rentabilité. Nous sommes le seul pays qui a interdit l'exploration. Nous nous empêchons de considérer une ressource qui pourrait tout changer sur la situation économique pour notre pays. Il reste des inconnues. Mais depuis que les Etats-Unis exploitent les gaz de schiste, avez-vous entendu une seule catastrophe écologique ? »

 

Un article de rmc.fr, relayé par SOS-planete

 
Note de Jacques : ce qui est grave dans cette affaire, c'est la mauvaise foi de Madame Parisot, présidente du MEDEF. Elle ne peut ignorer la dangerosité de l'exploitation des gaz de schiste ! Mais les intérêts financiers des 1% sont si intenses qu'elle en perd son humanité.

Madame Parisot, s'il vous plait, prenez votre retraite et laissez les jeunes générations prendre leur avenir en main ! De grâce !

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Ralliez le Cercle des Anciens ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Abeilles : une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles

Notre page officielle Facebook - Nos actualités sur votre mobile via Twitter

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

  Hier, 5741 visiteurs !!!

 





Auteur : Rédaction rmc.fr

Source : www.rmc.fr