Gaz de schiste : le trésor empoisonné du sous-sol français - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/02/2011 à 16h14 par Mich.


GAZ DE SCHISTE : LE TRÉSOR EMPOISONNÉ DU SOUS-SOL FRANÇAIS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Gaz de schiste : le trésor empoisonné du sous-sol français


Carte des futurs dégâts

Dans le nord du Texas le gisement de Barnett Shale a éveillé une nouvelle ruée vers l'or gris. Chaque mois des milliards de m3 de gaz sont extraits des couches profondes de roches de schistes sous la ville de Fort Worth. Des torrents de gaz drainés par des milliers de camions.

Une activité qui, ajoutée aux rejets des raffineries, pollue plus que le tout le trafic automobile de cette ville de 725 000 habitants selon un rapport réalisé par le professeur Al Armendariz en janvier 2009, nouvel administrateur de l'EPA (Agence de protection de l'environnement américaine).

Ce précieux gaz, certains des habitants de Fort Worth l'ont retrouvé jusqu'à la sortie de leur robinet. Leur eau même contient des traces de produits chimiques injectés dans les puits de gaz, selon des analyses indépendantes menées par le documentariste américain Josh Fox.

Nouvel arrivant dans cet Eldorado énergétique, Total a acquis début 2010, 25 % du plus gros exploitant de la Barnett Shale, Chesapeake, pour un montant de 600 millions d'euros et prévoit d'investir 1 milliard supplémentaire pour de nouveaux puits. Sans compter les engagements financiers que le groupe pétrolier prévoit en France.

Depuis le début du printemps le géant pétrolier français et le Texan Schuepbach sont libres d'explorer 9672 km² dans le Sud de la France, un terrain de prospection grand comme la Gironde. Signés par Jean-Louis Borloo, trois permis exclusifs de recherche (Permis de Montélimar ; Permis de Nant, Permis de Villeneuve de Berg)) dessinent un gigantesque V de Montelimar au Nord de Montpellier, remontant à l'Ouest le long du parc naturel des Cévennes.

Pour obtenir deux des trois permis, l'Américain a cependant du rassurer les autorités françaises en s'alliant à GDF : “S'il y a un problème, ils sont juste là”, nous dit Charles Lamiraux, géologue à la direction générale de l'énergie et du climat (ministère de l'écologie) et en charge du dossier, en pointant la tour du gazier français depuis son bureau dans l'Arche de La Défense.

Encore novices dans l'exploitation des gaz de schistes, les groupes français ne peuvent se passer de partenaires américains, les seuls à maîtriser la technique clef d'extraction de ces nouvelles ressources.

Avant, pour les gaziers, la vie était facile : un forage vertical de quelques centaines de mètres jusqu'à une poche, et le gaz remontait tout seul à la surface. Avec l'explosion de la demande, ces gaz dits conventionnels sont de plus en plus difficiles à trouver.

Cette raréfaction a poussé les exploitants à creuser toujours plus loin et toujours plus profond... jusqu'à plus de 2000 mètres pour récupérer des micropoches de gaz emprisonnées dans un mille feuilles de roches de schiste.

Or, ces nouveaux gisements représentent une manne considérable, présente dans le sous-sol d'un bout à l'autre de la planète selon le rapport du géant italien de l'énergie E.ON : des milliers de milliards de mètres cubes de gaz en Europe, sept fois plus en Amérique du Nord et plus encore en Asie et en Australie...

De quoi flamber encore pendant quelques décennies sans besoin d'énergies renouvelables. Tout ça grâce à la technique révolutionnaire de fracturation hydraulique mise au point par le géant de l'armement texan, Halliburton. Un procédé efficace mais brutal.

A 2500 m de profondeur, c'est un petit tremblement de terre : pour réunir les micropoches en une unique poche de gaz, un explosif est détonné pour créer des brèches.

Elles sont ensuite fracturées à l'aide d'un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques propulsé à très haute pression (600 bars) qui fait remonter le gaz à la surface avec une partie de ce “liquide de fracturation”. Chacun de ces “fracks” nécessite de 7 à 15 000 mètres cube d'eau (soit 7 à 15 millions de litres), un puits pouvant être fracturé jusqu'à 14 fois.

Dans le Garfield County (Colorado), le désert s'est hérissé de puits de gaz de schiste tous les 200 mètres.

Chacun des points blanc sur la carte est un puits d'extraction de gaz de schiste

Pour chaque “frack”, deux cents allers retours de camions sont nécessaires au transport des matériaux de chantier, de l'eau, puis du gaz. De quoi transformer n'importe quelle nationale en autoroute. Sans compter les rejets de CO2 des raffineries, le bruit généré par le site et la transformation du paysage environnant.

Loin des ambitions affichées par le Grenelle de l'environnement, la fracturation hydraulique va à l'encontre de nombreux engagements pris par le ministre de l'écologie Jean Louis Borloo, qui a signé l'attribution des permis de recherche.

Parmi les objectifs de ce Grenelle, améliorer la gestion des émissions de gaz à effet de serre grâce à la réduction de la circulation automobile, protéger les sources d'eau potables et les zones d'écosystèmes sensibles.

Si l'exploitation devait commencer dans les frontières définies par les permis, ce serait plus d'un paragraphe du Grenelle de l'environnement qui serait piétiné.

Pour ce qui est des quantités d'eau à mobiliser, le choix de la région, frappée de sécheresse endémique depuis plusieurs années (notamment en Drôme et en Ardèche), est loin de satisfaire au principe de préservation des ressources en eau énoncé à l'article 27 du Grenelle.

Le risque est clairement identifié comme on nous le confie au ministère de l'Ecologie : “le problème de l'approvisionnement en eau nécessaire à l'exploitation des gaz de schiste se posera à un moment ou à un autre.”

Dans le document de référence remis aux autorités, Total et Schuepbach assurent prendre toutes les précautions nécessaires pour minimiser l'impact des recherches de gaz de schiste sur l'environnement.

Malgré la cimentation des puits, les bourbiers avec films plastiques et autres sécurités mises en place pour empêcher la contamination, la notice d'impact précise la nécessité de réaliser au préalable une étude hydrogéologique, le forage pouvant traverser des nappes phréatiques.

Le risque, comme l'ont expérimenté les riverains de la Barnett Shale au Texas, c'est la contamination des eaux souterraines par les polluants inclus dans le liquide de fracturation. Séverin Pistre, chercheur en hydrogéologie au laboratoire hydrosciences de Montpellier, souligne la fragilité des sources dans la région.

(...)

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Source" ou "Lien utile".

Dossier gaz de schiste de SOS-planete

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : ownipolitics.com

Source : ownipolitics.com