Gaz de schiste : le gouvernement retire le permis de Total à Montélimar - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/10/2011 à 01h12 par Mich.


GAZ DE SCHISTE : LE GOUVERNEMENT RETIRE LE PERMIS DE TOTAL À MONTÉLIMAR

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Gaz de schiste : le gouvernement retire le permis de Total à Montélimar

 

L'espoir de Total de rendre « acceptable » les gaz de schiste en France aura fait long feu. Hier, le gouvernement a décidé d'abroger le permis d'exploration de la compagnie pétrolière à Montélimar (Drôme).

L'américain Schuepbach s'est vu lui aussi retirer ses permis à Nant (Aveyron) et Villeneuve-de-Berg (Ardèche). « La loi du 13 juillet 2011 a permis d'interdire le recours en France à une technologie posant problème, à savoir la fracturation hydraulique, ont déclaré les ministres de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, et de l'Energie, Eric Besson. Pour ces trois permis, la loi aura conduit à leur abrogation. »

« Total déclare vouloir maintenant chercher des hydrocarbures classiques, donc non gaz de schiste, dans une zone où le potentiel est très limité et alors même que Total se désintéresse de la recherche du conventionnel sur le territoire terrestre français depuis des années, a expliqué Nathalie Kosciusko-Morizet.

Et Total annonce aussi vouloir continuer à rechercher du gaz de schiste avec des techniques qui ne sont pas la fracturation hydraulique, or on sait aujourd'hui que ces techniques ne sont pas opérationnelles », a-t-elle ajouté. Le groupe pétrolier n'a pas commenté.

La Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) a reçu le mois dernier les rapports de 64 détenteurs de permis de recherche, dans lesquels ceux-ci devaient préciser « les techniques employées ou envisagées ».

Visant des huiles de schiste, des gaz de houille ou d'autres objectifs géologiques de type conventionnel, la plupart ont exclu le recours à la fracturation hydraulique, perçue comme dangereuse pour l'environnement. La DGEC avait jusqu'au 13 octobre pour rendre son verdict.

Un déplacement du président de la République, qui se rend aujourd'hui dans le Gard, près de Nant, où Schuepbach voulait chercher des gaz de schiste, semble avoir précipité les choses.

 

Un article de TM, publié par lesechos.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : TM

Source : www.lesechos.fr