Gaz de schiste : la révolte gronde - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/02/2011 à 15h31 par Mich.


GAZ DE SCHISTE : LA RÉVOLTE GRONDE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Gaz de schiste : la révolte gronde

 

Police et organisateurs ne seront jamais d'accord mais c'est un fait : ils étaient au moins dix mille à manifester samedi pour réclamer l'annulation des permis d'exploration des gaz de schiste délivrés par l'ancien ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo au printemps dernier.

Les protestataires – vingt-mille selon les organisateurs – ont convergé vers l'Ardèche, département concerné au premier chef par cette décision dont on ne mesure la portée réelle que depuis quelques semaines et qui est devenue un gros caillou dans la chaussure de l'actuel gouvernement.

Parmi eux, l'eurodéputé d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) José Bové, lequel multiplie les attaques contre le gouvernement sur sa gestion du dossier depuis plusieurs semaines, et des élus locaux venus emboîter le pas aux présidents des régions concernées.

Preuve qu'une partie importante de l'opinion appréhende elle aussi un désastre « à l'américaine », il y avait surtout des milliers d'anonymes venus des quatre coins du pays. « À pied, à vélo, en poussette, en voiture ou en autocar », détaillent nos confrères de l'AFP.

Une foule hétéroclite rassemblée « sur une aire de repos au bord de la route nationale » derrière un slogan malicieux et sans équivoque, « no gazaran », symbole de l'hostilité populaire aux desseins énergétiques des multinationales françaises Total et GDF-Suez et de l'entreprise américaine Texas Schuepbach Energy.

Les deux dernières ont obtenu l'autorisation de prospecter dans une zone de neuf cent trente kilomètres carrés située autour de la commune de Villeneuve-sur-Berg. « La collectivité n'a rien à y gagner, sauf qu'elle devra entretenir les routes abîmées par les camions », estime Guillaume Vermorel, spéléologue et co-organisateur de la manifestation, qui craint le forage de deux puits et l'édification d'une torchière dans cet environnement paisible.

« Il se passe la même chose qu'avec les OGM »

La quiétude des habitants pourrait bientôt se trouver contrariée par un ballet de poids lourds dont ils ne veulent pas entendre parler et d'autant plus difficile à digérer que les autorités n'ont pas daigné les consulter. Lancée par le gouvernement en pleine tempête, la mission d'évaluation ne les a manifestement pas rassurés le moins du monde.

« Il se passe la même chose qu'avec les OGM », déplore Alain Gibert, maire de Rocles, une localité située dans le parc naturel régional des Monts d'Ardèche. L'édile n'a pas l'intention de se laisser faire : craignant des dommages sur les nappes phréatiques ainsi que sur les activités rurales et touristiques, il a pris un arrêté que, soit dit en passant, la préfecture n'a pour l'heure pas contesté.

Estimant qu'ils vont à l'encontre des stratégies territoriales « climat », la Fédération des Parcs Naturels Régionaux prône également l'annulation pure et simple des permis d'exploration ainsi que « l'organisation d'un débat national sur l'avenir énergétique de notre société ».

« Il est temps de se demander comment on rend l'énergie plus efficace, renouvelable et non destructrice de l'environnement », a pour sa part commenté M. Bové. Les initiatives du paysan le plus célèbre de France n'ont pas toujours fait l'unanimité. En la circonstance sa détermination et son opiniâtreté forcent néanmoins le respect. Parce qu'elles vont dans le sens de l'intérêt général.

Lien SOURCE corrompu

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Guillaume Duhamel/zegreenweb.com