Gaz de schiste en Afrique du Sud : Un moratoire sous haute pression ! - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/01/2012 à 20h59 par Jacques.


GAZ DE SCHISTE EN AFRIQUE DU SUD : UN MORATOIRE SOUS HAUTE PRESSION !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

A l'occasion de la conférence internationale sur le climat qui s'est tenue à Durban en décembre dernier, Alter-Echos (www.alter-echos.org) a interviewé Jonathan Deal, président de l'association Treasure the Karoo Action group et pourfendeur des gaz de schiste en Afrique du Sud, notamment dans sa région, le Karoo.

L'Afrique du Sud disposerait des cinquièmes réserves mondiales en gaz de schiste, la rendant potentiellement indépendante sur le plan énergétique. Confronté à d'importantes vagues de protestation, le gouvernement a du s'engager sur deux moratoires consécutifs.

En quoi l'Afrique du Sud est-elle concernée par les projets d'exploitation des gaz de schiste ?

Jonathan Deale : Depuis fin 2009, l'Agence du Pétrole (Petroleum Agency) a délivré des permis de recherche (Technical cooperation permits) à 5 consortiums internationaux, s'étendant d'une côte à l'autre du pays. De la même manière qu'aux Etats-Unis, c'est l'ensemble du pays qui est donc concerné. Pas la seule région du Karoo.

Falcon Oil & Gas dispose d'un permis de 100 000 km², Shell dispose d'un permis de 90 000 km², Sasol en alliance avec Statoil et Chesapeake 88 000 km², Bundu & Oil Gas 35 000 km² et enfin le géant minier Anglo American dispose également d'un permis.

Quels sont les risques pour la région du Karoo concernée par bon nombre de permis ?

Le Karoo est une région semi-désertique très fragile. Il n'y a pas de forêts et il ne pleut guère, à l'inverse de la Pennsylvanie par exemple. Au Karoo, quand vous défrichez un terrain, c'est fini, il est impossible de le réhabiliter en plantant des arbres.

Le sol ne se remettra jamais, et les dommages sur la flore et faune locales seront définitifs. Le Karoo est une région où il n'y a quasiment pas d'eau de surface. Toute l'eau qui alimente les villes, villages et activités agricoles est tirée des nappes phréatiques et des aquifères.

Or, nous ne savons pas grand chose sur ces eaux souterraines. Sont-elles importantes, profondes ? Ce qui est sûr est qu'il est impossible de forer sans passer à travers ces nappes. Du coup, nous ne voyons pas comment ils pourraient forer sans les contaminer. Notre survie et notre santé pourraient être compromises par la fracturation et la pollution des eaux.

Du coup, une mobilisation importante pour protéger le Karoo a eu lieu. Quelle est la situation actuelle en Afrique du Sud ?

Nous avons un moratoire gouvernemental. Aucune activité relative au gaz de schiste n'est autorisée à l'heure actuelle. Le moratoire a été décrété par le gouvernement le 21 avril 2011 puis prolongé de six mois le 18 août par la ministre des ressources minières Susan Shabangu. Il est donc valable jusqu'en février 2012. Pour l'instant, nous ne savons pas si le moratoire sera étendu au-delà.

Le Parlement lui a demandé en avril dernier de mettre en place une mission d'études visant à déterminer l'impact de l'exploitation des gaz de schiste au Karoo. Depuis avril, aucune information sur cette commission n'a filtré : nous ne savons pas quel est le mandat, quels sont les scientifiques, les ministères et les administrations qui sont impliqués.

Comment avez-vous obtenu ce moratoire ? Quelles sont les étapes suivantes ? Quelles actions menez-vous ?

C'est très difficile de mobiliser en profondeur la société sud-africaine. D'une manière générale, il n'est pas évident d'interpeller et impliquer des personnes qui ignorent tout de ces sujets. Mais nous avons néanmoins créé une forte résistance dans le pays.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de alter-echos

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Rédaction alter-echos

Source : alter-echos.org