Gaz de schiste : David Cameron réaffirme son «oui» - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/08/2013 à 10h04 par mich.


GAZ DE SCHISTE : DAVID CAMERON RÉAFFIRME SON «OUI»

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Gaz de schiste : David Cameron réaffirme son «oui»

 

Le Premier ministre britannique David Cameron a apporté une nouvelle fois ce lundi un soutien sans équivoque à l'exploitation du gaz de schiste par fracturation.

.«Si nous ne soutenons pas cette technologie, nous perdrons une formidable occasion d'aider des familles à payer leurs factures et de rendre notre pays plus compétitif», écrit le premier ministre britannique, David Cameron, dans une tribune publiée ce lundi par le Daily Telegraph.

Un texte dans lequel le premier ministre réaffirme des propos qu'il a déjà tenu ces derniers jours. En déplacement à Darwen, dans le nord du pays, il avait été très clair : Je pense qu'on ferait une grande erreur en tant que nation si on ne réfléchissait pas sérieusement à la manière d'encourager la fracturation hydraulique et la perspective de tarifs moins chers ici en Grande-Bretagne» avait-il alors déclaré. Et de préciser alors qu'aux Etats-Unis «Unis, les dépenses énergétiques des entreprises et le tarif du gaz ont été réduits de moitié. On voit des compagnies qui se sont délocalisées au Mexique ou ailleurs et qui reviennent aux Etats-Unis.»

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de lesechos.fr, relayé par SOS-planete

 

Deviens acteur : Non à l'écocide !

 

 

Notre Association a recueilli 355 euros depuis le 1er juillet. Merci !
Hier, 6643 internautes ont visité SOS-planete

Nous ne défendons pas la Nature... Nous SOMMES la Nature qui se défend ! M. T.

Pied à Terre : il était une fois l'Homme !

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : lesechos.fr

Source : www.lesechos.fr