Freegans : une autonomie alimentaire pour tous - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/05/2013 à 14h58 par mich.


FREEGANS : UNE AUTONOMIE ALIMENTAIRE POUR TOUS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Freegans : une autonomie alimentaire pour tous

 

Les Food not Bombs et les freegans sont deux mouvements décroissants visant une autonomie alimentaire pour tous. Les membres du mouvement des objecteurs de croissance ou de la décroissance militent pour un changement de paradigme, celui d'une écologie sociale radicale et postmoderne en rupture avec la modernité capitaliste.

Parmi la galaxie de ces courants, deux d'entre eux se distinguent par leur originalité, il s'agit du mouvement Food Not Bombs (FNB) et du mouvement des Freegans.

Les Freegans représentent sans doute la branche la plus radicale du courant décroissant. Ils ont émergé, dans les années 1990, à Manhattan aux Etats-Unis, puis se sont répandus en Australie et Grande Bretagne et peu à peu en Europe. Les Freegans pratiquent ce qu'ils nomment « l'urban foraging » (« butinage urbain»), ou le «dumpster diving», c'est-à-dire la « la plongée ou la pêche dans les poubelles ». Ils vont donc récupérer les marchandises jetées par « les grandes surfaces, les restaurants aussi bien que les particuliers, dans les poubelles où ils fouillent à la recherche de toutes sortes de biens de consommation réutilisables » .

Les freegans cherchent « généralement, à moins consommer, en récupérant et réutilisant les déchets quand c'est possible. Les glaneurs ont, pour la plupart, une motivation d'abord éthique plutôt qu'économique. Ils désirent tourner le dos au système dominant et au gaspillage qu'il implique ».

Les mouvements Freegans et Food Not Bombs (De la Bouffe, pas des Bombes) s'inscrivent dans les contre-cultures : écologistes, altermondialistes, anticapitalistes, hippies, beatniks, c'est-à-dire dans la Beat génération de Jack Kerouac. Ils entendent donc explorer une alternative à la civilisation capitaliste et consumériste, en la boycottant.

La décroissance sociale et ces deux mouvements, prônent une « décroissance nettement sociale et anticapitaliste, à travers une action de relocalisation, le développement d'une décroissance conviviale, la réappropriation de l'espace public et du territoire local. De plus ils défendent et pratiques les idées de Récupération, Recyclage, et la Reconceptualisation de notre imaginaire... en un mot leurs idées sont très proches des « 8 R » de Latouche .

Le mouvement Food Not Bombs cherche aussi des alternatives au système en élargissant un peu ces revendications, mais sans doute à travers des pratiques un peu plus collectives. Lawrence Butler et Keith McHenry font parti des fondateurs de Food Not Bombs (FNB) qui cherche à passer d'une société militarisée à une société redistributive, à développer des expérience concrètes visant à retrouver une autonomie à la fois économique et alimentaire, dans un cadre de solidarité et de préservation écologique.

Food Not Bombs prône une culture du don et de la gratuité fondée sur la récupération, plutôt qu'une culture marchande.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Thierry Brugvin, sociologue, relayé par SOS-planete et publié à la demande de l'auteur que nous remercions vivement. Un texte puissant et bien documenté. A faire circuler sur le Web !

 

Note de TS : La Terre ce joyau ! C'est maintenant une poubelle à ciel ouvert. Nous devons tous nous adapter à cette terrible situation. Tous nos comportements doivent CHANGER d'urgence, si nous voulons SURVIVRE

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Thierry Brugvin, sociologue

Source : www.terresacree.org