Fonte des glaciers himalayens : coopération de l'Inde et la Chine - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/08/2009 à 21h07 par Isabelle.


FONTE DES GLACIERS HIMALAYENS : COOPÉRATION DE L'INDE ET LA CHINE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Fonte des glaciers himalayens : coopération de l'Inde et la Chine

Information sélectionnée par Isabelle

L'Inde ne diminuera pas ses émissions de gaz à effet de serre avant au moins dix ans.

Malgré cette déclaration, le « Financial Times » reste optimiste quant aux négociations qui auront lieu lors du sommet de Copenhague sur le climat en décembre.

« En 2020, peut-être envisagerons-nous de réduire nos émissions de CO2. Mais en 2009, il n'en est pas question », a déclaré lapidairement le ministre de l'Environnement indien Jairam Ramesh.

Mais en parallèle de ces annonces, le ministre révèle dans un second article du quotidien britannique la volonté de l'Inde de coopérer avec la Chine sur la question de la fonte des glaciers himalayens.

Ces glaciers, les « Tours d'eau de l'Asie », représentent la source d'eau potable de près de 40 % de la population mondiale.

Une ressource considérable située dans une région stratégique que se sont longtemps disputé les deux pays.

Et malgré ce conflit historique, le gouvernement indien a proposé à la Chine un partenariat entre leurs équipes de surveillance scientifique des glaciers.

Cependant, l'Inde et la Chine continuent d'attribuer la responsabilité de la dégradation de l'environnement aux pays industrialisés.

Et les deux pays refusent de réduire leurs émissions de CO, en affirmant que cette mesure nuirait à leur développement économique.

Mais selon le « Financial Times », la visite du ministre de l'Environnement indien à Pékin en préparation du sommet de Copenhague est porteuse d'espoir.

A défaut de réduire leurs émissions de CO, l'Inde et la Chine pourraient s'engager à en ralentir la croissance.

Peut-être, alors, ne répéteront-elles pas les erreurs commises par les Occidentaux au moment de l'industrialisation de leurs économies.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.