Fin de mission pour les navettes spatiales américaines - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/07/2011 à 23h26 par Mich.


FIN DE MISSION POUR LES NAVETTES SPATIALES AMÉRICAINES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Fin de mission pour les navettes spatiales américaines

 

CAP CANAVERAL, Floride (Reuters) - La navette Atlantis, qui achève l'ultime mission d'une navette spatiale américaine, s'est désarrimée mardi de la Station spatiale internationale avant d'entamer son dernier vol retour vers la Terre.

La navette s'est détachée de l'ISS à 06h28 GMT, à 400 km au-dessus de l'océan Pacifique.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de Irene Klotz, publié par Reuters

 

Dernière minute

La Nasa a renoncé à faire atterrir la navette spatiale Atlantis vendredi en raison du mauvais temps qui sévit au Centre spatial Kennedy de Cap Canaveral, en Floride, comptant désormais sur un atterrissage samedi à 15h16 (heure de Paris) au plus tôt.

Deux "fenêtres" d'atterrissage prévues à 12 heures et à 13 h 39 ont été successivement fermées alors que la piste du Centre spatial Kennedy était trempée et que de lourds nuages cachaient entièrement le ciel de Floride. "La météo refuse de coopérer aujourd'hui", a expliqué un porte-parole de l'agence spatiale américaine.

Autonomie jusqu'à lundi

La Nasa ne prévoit pas pour le moment de faire atterrir l'engin sur sa base californienne d'Edwards. Une procédure compliquée et coûteuse l'obligerait ensuite à rapatrier Atlantis à Cap Canaveral sur le dos d'un Boeing 747. Tout dépendra des prévisions météorologiques pour samedi et dimanche.

La navette Atlantis, lancée le 11 mai avec sept astronautes pour une mission de réparation du télescope spatial Hubble, a suffisamment d'autonomie pour tenir en orbite jusqu'à lundi.

(D'après agence)

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Irene Klotz

Source : www.capital.fr