Festival du film Nature : un sponsor un peu gênant - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/10/2011 à 16h00 par Kannie.


FESTIVAL DU FILM NATURE : UN SPONSOR UN PEU GÊNANT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Festival du film Nature : un sponsor un peu gênant

 

En cette période de crise économique, les structures susceptibles de soutenir financièrement un festival cinématographique comme celui de Murs Erigné ne courent pas les rues. EDF, qui gère des centrales nucléaires, est l'un des partenaires financiers du festival du Film Nature et de l'Environnement. L'idée n'est pas du goût de tout le monde.

Le soutien d'un partenaire aussi important qu'EDF (Electricité de France) ça ne se refuse pas. Sauf peut-être quand on organise un festival considéré comme un espace d'expression pour tous ceux qui agissent en faveur de l'environnement.

Une situation un peu étrange, vue comme un pavé dans la mare par plusieurs associations altermondialistes.

Certes EDF, dans le cas présent sa filiale Collectivités, n'est pas AREVA, mais tout de même. Le partenariat est d'autant plus surprenant que les organisateurs ont programmé une soirée « sortir du nucléaire ». Mais peut-être veulent-ils, par cette association, convaincre l'opérateur électrique historique d'abandonner ses centrales nucléaires ?

Pour Greenpeace et Sortir du Nucléaire, deux associations très actives qui soutiennent et collaborent au Festival, l'idée que l'on puisse associer un tel partenaire ne passe pas : « nous nous interrogeons aujourd'hui sur la pertinence du partenariat avec EDF pour la 6ème édition du festival », écrivent les responsables des deux associations dans un courrier adressé aux organisateurs.

« Malgré ce qu'elle prétend, la société EDF est loin d'être une entreprise responsable et respectueuse de l'environnement. Elle a d'ailleurs été lauréat 2009 du « Pinocchio Greenwashing (*) », prix décerné par l'association, Les Amis de la Terre ».

« Si l'an prochain Monsanto fait une offre, ils vont accepter », poursuit Nicolas Cocuaud, Coordinateur du Groupe Local de Greenpeace à Angers.

« Par l'utilisation de l'uranium dans ses centrales et les déchets nucléaires qui en résulte, l'électricité d'EDF pollue la terre pour des dizaines de milliers d'années. Nous espérons donc que ce partenariat ne soit effectif que pour cette édition », pouvait-on lire sur le tract distribué lors de l'ouverture du Festival du Film Nature.

« Face au désengagement de l'État au niveau culturel, pour poursuivre cette extraordinaire aventure humaine qu'est le Festival du Film Nature et approfondir le travail de sensibilisation engagé, nous devons accentuer notre recherche de financements », répondent les organisateurs aux questions posées par les deux associations.

Selon ces derniers la participation financière d'EDF Collectivités est nécessaire à l'existence même de la manifestation au même titre que les différents partenaires financiers et les nombreux bénévoles qui font vivre le festival. Mais est-il vraiment nécessaire, pour autant, de vendre son âme au diable ?

Les opposants à la présence de ce partenaire pour le moins gênant, connaissent les valeurs véhiculées par ce petit festival qui commence à faire parler de lui. Ils sont d'autant plus offusqués que celui-ci leur tient à coeur. Ils n'acceptent pas que de grandes entreprises dont le profit financier passe bien avant le respect de la planète, soutiennent cette initiative. Mais c'est peut-être pour se donner bonne conscience.

« Nous ne remettons pas en cause l'intérêt du Festival lequel est un vrai temps de respiration, mais nous pointons les importantes contradictions entre le contenu du Festival (Soirée « Sortir du nucléaire ») et le partenaire - financeur EDF Collectivités », concluent les responsables des associations qui ne décolèrent pas. « Pour l'intégrité du festival, nous demandons le retrait d'EDF ».

(*) Les prix Pinocchio du développement durable, organisés par les Amis de la Terre - France , ont pour but d'illustrer et de dénoncer les impacts négatifs de certaines entreprises françaises, en totale contradiction avec le concept de développement durable qu'elles utilisent abondamment.

 

Un article de Yannick Sourisseau, publié par angersmag.info

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Yannick Sourisseau

Source : www.angersmag.info