Fessenheim, vedette du petit écran japonais - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/08/2011 à 22h02 par Kannie.


FESSENHEIM, VEDETTE DU PETIT ÉCRAN JAPONAIS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Fessenheim, vedette du petit écran japonais

 

Depuis la catastrophe de Fukushima, la chaîne de télévision publique NHK multiplie les reportages sur la centrale nucléaire de Fessenheim.

L'accident de Fukushima a amené les Japonais à s'intéresser aux choix des pays étrangers en matière d'énergie nucléaire. Dans ce contexte nouveau, la centrale EDF de Fessenheim fait, pour eux aussi, figure de symbole, en raison de son âge, de l'annonce —attendue tout ce printemps— de la prolongation de son activité, et de sa situation frontalière.

Une «contradiction»

Plusieurs reportages évoquant le site alsacien ont ainsi été diffusés sur la chaîne publique NHK depuis mars. Une équipe basée à Paris est venue en reportage dans la région en juin, à Fessenheim puis à Colmar, lors de la réunion de la Commission locale d'information et de sécurité (Clis) du 29. Une autre, en provenance de Tokyo et conduite par Ko Yoshioka, producteur et réalisateur indépendant, achève actuellement trois semaines de tournage, pour un documentaire de 50 minutes, également destiné à la NHK.

Vue du Japon, la différence entre la France et l'Allemagne, deux pays voisins mais aux réactions opposées, constitue à l'évidence une énigme. Une «contradiction», estime Ko Yoshioka. Au terme de son séjour, il pense que la France n'a pas vraiment tiré les enseignements de Fukushima, et il s'inquiète des problèmes qui pourraient en résulter.

«Après guerre, le Japon a tout misé sur le développement technologique, le nucléaire s'est développé sur l'idée d'une sécurité absolue, mais avec Fukushima, on constate que la confiance a été excessive et qu'il faut repenser la relation entre la technologie et l'être humain», observe-t-il. Paradoxalement, «en France, tout le monde semble admettre que le risque zéro n'existe pas, considère la possibilité d'un accident, mais tient le nucléaire pour acquis, faute d'alternative».

Soulignant que l'accident de Fukushima était imprévisible, au regard du risque sismique connu, et que toutes les centrales japonaises sont désormais en sursis, il se demande si la France est prête à admettre la possibilité d'un événement «hors normes».
 

Un article de O. Br., publié par L'Alsace.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : O. Br.

Source : www.lalsace.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Fessenheim