Fermeture du réacteur des Pays-Bas - La pénurie d'isotopes médicaux risque de se prolonger - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/07/2009 à 00h53 par Phil.


FERMETURE DU RÉACTEUR DES PAYS-BAS - LA PÉNURIE D'ISOTOPES MÉDICAUX RISQUE DE SE PROLONGER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Fermeture du réacteur des Pays-Bas - La pénurie d'isotopes médicaux risque de se prolonger

Fermeture du réacteur des Pays-Bas - La pénurie d'isotopes médicaux risque de se prolonger

Maintenant que la fermeture temporaire d'un réacteur nucléaire des Pays-Bas s'ajoute à celle du réacteur de Chalk River, en Ontario, la pénurie mondiale d'isotopes médicaux pourrait s'avérer encore plus longue que prévu, craint le président de l'Association des médecins spécialistes en médecine nucléaire du Québec (AMSMNQ), le docteur François Lamoureux.

Le réacteur de Petten, aux Pays-Bas, a été mis hors service il y a une semaine, pour une durée d'un mois, afin d'y faire une inspection de routine.

Mais comme le réacteur a le même âge que celui de Chalk River, le Dr Lamoureux craint que l'inspection ne permette de découvrir des problèmes forçant une fermeture prolongée.

«Quand ils ont fermé Petten, c'était pour une inspection de routine. Mais il est aussi vieux que celui de Chalk River, alors on espère qu'ils ne trouveront pas autre chose. C'est le problème le plus grave qu'on envisage en ce moment», a expliqué le

Dr Lamoureux, en entrevue avec La Presse canadienne hier.

À eux deux, les réacteurs néerlandais et canadien fournissaient 70 % de l'approvisionnement mondial en isotopes médicaux.

Le réacteur de Chalk River a été fermé au mois de mai, en raison d'une fuite d'eau lourde. La centrale de Petten avait alors augmenté sa production, pour pallier le manque.

Le Dr Lamoureux n'a toutefois pas grand espoir de voir la situation se résorber, tant que la centrale de Chalk River, ou une autre installation, ne reprendra pas sa production.

«Parce que les autres petits réacteurs ailleurs dans le monde ne produisent que des petites quantités [d'isotopes]. Ça ne suffit pas. La pénurie est là, et en ce moment elle est accentuée»,

a-t-il constaté.

Le réacteur de Petten doit en outre fermer ses portes pour une durée de six mois en 2010.

D'ici mercredi prochain, les hôpitaux québécois se contenteront de 45 % de leur approvisionnement habituel. Et grâce à un effort de concertation, les ressources devraient être réparties équitablement dans toutes les régions, a assuré le président de l'AMSMNQ.

«On a réduit nos activités d'au moins la moitié. Tout ce qu'on espère c'est que, d'ici mercredi, on ait la confirmation qu'il y aura du technétium [qui est utilisé pour les isotopes médicaux] de disponible», a conclu le Dr Lamoureux.

Les isotopes médicaux sont utilisés pour les examens de résonance magnétique et servent notamment à la détection de cancers et de maladies cardiovasculaires.

Pour le moment, les cas les plus critiques sont traités en priorité, notamment les patients souffrant d'embolie pulmonaire ou d'obstruction rénale, ainsi que ceux qui doivent passer un examen préopératoire.

La Presse canadienne - 26/07/2009