Faut-il craindre le pire pour l'Amazonie ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/03/2010 à 23h27 par Tanka.


FAUT-IL CRAINDRE LE PIRE POUR L'AMAZONIE ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Faut-il craindre le pire pour l'Amazonie ?

Le 21 mars, c'est la Journée Internationale de la Forêt ! Aux dernières nouvelles, la forêt amazonienne, pourtant considéré comme la plus grande forêt tropicale du monde, a perdu 756 kilomètres carrés de bois. Les causes : l'abattage et les incendies.

L'année 2008 aura été particulièrement destructrice puisque la disparition des arbres y a augmenté de 229 % - en comparaison avec 2007.

Ces chiffres proviennent de l'Institut brésilien pour l'Environnement et la Gestion de l'Espace. A ce rythme là, la forêt amazonienne aura disparu d'ici 2030.

L'effet boule de neige

Il n'y a pas que l'abattage qui risque de causer la disparition de la forêt d'ici 2030, mais il existe un effet « boule de neige » : l'Amazonie doit dorénavant faire face à de nombreux incendies, car une fois les bois coupés, les éleveurs et les agriculteurs mettent le feu pour transformer ces espaces en champs ou en pâturages.

Contrairement aux arbres poussant dans un climat plus tempéré, les arbres d'Amazonie ne repoussent pas après un incendie.

Quelles sont les autres causes à l'origine de cette disparition ?

Il y a l'agriculture massive (notamment le soja, huile de palme), l'extension des pâturages pour le bétail et le bois consommé par une population en constante augmentation dans ce territoire.

Le saviez-vous ?

Les arbres et le sol de l'Amazonie forment le plus grand réservoir de CO2 au monde, gaz contribuant à l'effet de serre. Il faut savoir que les arbres absorbent le C02 et lorsqu'ils sont coupés et que le sol s'assèche, le CO2 se libère.

D'ici 2030, 55,5 à 96,6 milliards de tonnes de CO2 seront libérés suite au déboisement de l'Amazonie... soit une augmentation de la température moyenne mondiale de un à un degré et demi.

Son déboisement entraîne aussi l'assèchement des rivières qui alimentent le fleuve, l'Amazone. Conséquence : diminution des précipitations dans la région et moins de neiges sur les Andes, qui apportent l'eau aux rivières. La perspective est très inquiétante quand on sait que l'Amazone représente 20 % de l'apport en eau des océans.

L'avenir du climat se joue aussi en Afrique

Outre l'Amazonie, les forêts tropicales du bassin du fleuve Congo courent un grave danger. L'exploitation illégale du bois provoque la destruction de la faune et de la flore, a indiqué Greenpeace en mars 2009.


Source : ushuaia.com

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire