Il y a celles et ceux qui se rendent compte et celles et ceux qui se rendent ! (Clips audiovidéos)

Faut-il avoir peur des phosphites dans nos légumes ? - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/08/2011 à 15h31 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Faut-il avoir peur des phosphites dans nos légumes ?

 
Le ministère de l'Agriculture veut interdire les produits contenant des phosphites, pourtant autorisés outre-Rhin en agriculture biologique.

Claude Keller n'en fait pas mystère : depuis trois ans, ce producteur à la tête de 180 hectares de champs de légumes à Balgau (Haut-Rhin) traite ses salades et ses radis au Sémafort, un produit distribué en Alsace par une société basée à Soultz-sous-Forêts.

Ce "phyto-stimulant" à base d'algues brunes, d'extraits végétaux et de produits nutritifs, dont les phosphites, est censé renforcer les défenses naturelles des plantes avec un impact moins toxique sur l'environnement que les substances conventionnelles. Pourtant, le ministère de l'Agriculture vient d'en interdire la commercialisation. En cause : les fameux phosphites. Une décision qui a déclenché la colère des agriculteurs.

"Les résultats sont probants à tout point de vue : nous utilisons moins de produits chimiques et la qualité des produits est meilleure. C'est tout à fait dans l'air du temps !

D'année en année, on nous interdit de plus en plus d'outils pour lutter contre les maladies des plantes. Je peux comprendre cette évolution, mais qu'on nous interdise des produits naturels, c'est aberrant", peste Claude Keller. D'autant plus aberrant, selon lui, que les agriculteurs allemands utilisent des produits analogues... et exportent leurs légumes ainsi traités en France. "C'est comme si, au tarot, ils avaient tous les atouts et nous les brêles.

On nous parle toujours de problématique européenne, mais j'ai l'impression qu'elle est gérée en France de façon plus dogmatique qu'ailleurs."

"Cela crée une distorsion supplémentaire entre la France et l'Allemagne, appuie Fabien Digel, directeur de Planète légumes, une association de producteurs du nord-est de la France soutenue par la chambre d'agriculture d'Alsace. Les Allemands ont plus d'armes pour lutter contre les parasites, car beaucoup de produits autorisés chez eux ne le sont pas en France. Là-bas, le Sémafort est même utilisé dans le bio."

Des différences entre la France et l'Allemagne

Une des différences est bêtement technique : à côté des engrais et des substances phytosanitaires, les paysans allemands disposent d'une troisième catégorie pour les produits alternatifs, à laquelle apartient le Sémafort.

Un distinguo que ne connaît pas la France. "Et monter un dossier pour une autorisation de mise sur le marché coûte 2 000 euros en Allemagne contre 4 millions en France !" La pilule passe d'autant plus mal chez les maraîchers alsaciens que le coût de la main-d'oeuvre est également bien plus bas de l'autre côté du Rhin : le smic n'y existe pas et les travailleurs roumains et bulgares sont nombreux dans les exploitations.

Rappelant que Planète légumes fait aussi office de "station d'expérimentation" pour améliorer la qualité des légumes en diminuant l'impact environnemental, Fabien Digel revendique "l'avancée" que représente l'utilisation des phosphites : "On nous parle beaucoup du Grenelle de l'environnement. Or, là, nous détenons une solution moins polluante contre le mildiou", cette maladie qui touche la vigne et certains légumes.

François Loos, député UMP du Bas-Rhin, a pris fait et cause pour les maraîchers de sa région. "Je constate qu'en matière d'homologation automobile, l'Union européenne peut harmoniser les choses. Est-ce qu'il ne serait pas temps de faire de même en agriculture ?"

François-Xavier Marxant, responsable scientifique de Tribo Technologies, la société qui distribue le Sémafort, avance une explication. "Il y a phosphites et phosphites. Tout est question de formulation technique du produit. Certains engrais à base de phosphites, fabriqués dans d'autres pays, peuvent être toxiques ou nécessiter un certain nombre de précautions dans leur utilisation. Ce n'est pas le cas du Sémafort, qui a été testé par le CNRS et l'Inra et dont on a prouvé qu'il n'est pas toxique."

 

Un article de Catherine Piettre, publié par Le Point

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Catherine Piettre

Source : www.lepoint.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.