Faut-il avoir peur des nanotechnologies ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/10/2009 à 18h38 par Michel WALTER.


FAUT-IL AVOIR PEUR DES NANOTECHNOLOGIES ?

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Faut-il avoir peur des nanotechnologies ?

Information glanée par Michel

Yan de Kerorguen

Le débat national sur les nanotechnologies est lancé. Il va s'imposer dans l'actualité scientifique et éthique pendant plusieurs mois. Soucieux que le plus grand nombre puisse participer à ce débat démocratique, Place Publique entend relayer les réflexions, discussions et opinions sur ce thème majeur et apporter les informations utiles à la compréhension de ce phénomène.

Yan de Kerorguen*, rédacteur en chef de Place-Publique et auteur de « Les nanotechnologies : espoir menace ou mirage ? »(Editions Lignes de Repères), montre ici l'étendue des questions qui se posent.

Un raz-de-marée ! C'est ainsi qu'est décrit l'avènement des nanotechnologies dans le cercle encore restreint des connaisseurs. Une vague gigantesque progressant rapidement sans se faire remarquer et qui provoquera des changements défiant l'entendement ! Mais au juste qu'entend-on par « nanotechnologie » ?

Les nanosciences ne sont pas simplement une miniaturisation de ce qu'on connaît. « Nanoscience » signifie qu'on est descendu à l'échelle nanométrique, celle de la taille des molécules biologiques. Donc, pour la première fois, nous sommes dans une intégration entre la biologie et le monde de l'information et des semi-conducteurs. Nous commençons seulement à entrevoir les conséquences de ces découvertes qui bousculent les cadres traditionnels de la recherche.

Avec les nouveaux moyens mis à disposition des scientifiques, les frontières de ce monde lilliputien, inaccessibles il y a quelques années, sont aujourd'hui franchissables et ouvrent à l'industrie des perspectives inédites. Bien qu'elles soient invisibles, les nanoparticules ne passent désormais plus inaperçues.

« Le rôle de l'infiniment petit est infiniment grand » disait Louis Pasteur. On voit dans les petites dimensions le moyen de découvrir ce qu'on ne voit pas dans les grandes. Dans les tréfonds les plus intimes de la matière se trament aujourd'hui des processus encore difficiles à imaginer dans leur ensemble. A l'échelle nanométrique, les barrières entre les matières scientifiques et les techniques établies s'estompent.

En fait, les vertus des matériaux - électrique, magnétique, optique, catalytique - dépendent beaucoup de leur taille. Ces phénomènes dépendent tous de longueurs caractéristiques : la distance entre impuretés pour la conductivité électrique, la taille d'un domaine pour le magnétisme, la longueur d'ondes de la lumière en optique, la surface d'agrégats atomiques pour la catalyse.

A l'échelle du nanomètre, les propriétés physiques fondamentales d'une substance donnée peuvent changer. Les métaux deviennent des semiconducteurs ou des isolateurs. L'oxyde de zinc, qui est blanc et opaque gagne en transparence. Le cuivre, lui, devient extrêmement élastique. Sa longueur peut être réduite de 50 fois. Et le carbone peut se révéler, par exemple, plus dur que l'acier et six fois plus léger.

Dans « l'alchimie » du nanomètre, on peut manipuler la matière existante, renforcer ou améliorer les qualités des matériaux actuels vers plus de solidité, de légèreté, de résistance, de conductivité, en créer de nouveaux. Voilà pourquoi on parle de révolution nanotechnologique.

Appelé à métamorphoser notre existence, ce que les commentateurs intrigués appellent le « nanomonde » est un monde fascinant pour les uns et inquiétant pour les autres.

- Fascinant ? Parce que riche de promesses pour la santé et l'environnement. Selon le physicien Richard Smalley, lauréat du Prix Nobel 1996 pour sa découverte des fullerènes – un nanomatériau inattendu et de structure moléculaire étonnante, découvert de manière naturelle, bien avant que cela s'appelle nano - , « l'impact des nanotechnologies sur notre santé, nos richesses et notre vie en général sera comparable à celui, combiné, de la microélectronique, de l'imagerie médicale, de l'ingénierie assistée par ordinateur et des recherches sur les polymères synthétiques. »

Certains chercheurs estiment que ces techniques nouvelles de production auront des conséquences aussi capitales que les techniques provoquées par l'avènement de la machine à vapeur, de l'électricité, ou de l'Internet.

Les applications potentielles des nanotechnologies couvrent en effet à peu près tout le spectre des activités industrielles et feront partie de notre quotidien. Les nanotechnologies sont appelées à redéfinir le contenu technologique de la plupart d'entre elles.

Faut-il avoir peur des nanotechnologies ?

Pour lire la suite, cliquer sur Lien utile