Farm Sanctuary - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/09/2009 à 22h52 par Philippe BOISSEAU.


FARM SANCTUARY

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Farm Sanctuary

Information sélectionnée par Phil

Un p'tit moment de bonheur que nous nous accorderons bien volontiers parmi toutes les mauvaises nouvelles que nous recevons quotidiennement sur la condition animale.

Perdu au milieu de nulle part, dans ce que l'on appelle la vallée de Sacramento, là où les collines aux herbes vertes (ou jaunes en fonction de la saison) abondent et ondulent à perte de vue sous le soleil de la côte ouest des Etats-Unis, il existe un lieu, qui à mes yeux et mon coeur semble magique.

Bienvenue à Farm Sanctuary petits vgterriens, refuge inespéré, de plusieurs centaines d'hectares, pour les animaux de ferme maltraités (« downed animal »).

Si le choix de l'emplacement de ce paradis animalier est, à priori, un concours de circonstances (grands espaces, prix abordables de la terre et climat doux), d'un point de vue éthique, il n'aurait pu être plus stratégique. Il vient à point pour compenser, dans la balance morale, les intenses activités d'élevage et de production de viande, d'oeufs et de produits laitiers qui caractérisent la Californie.

Farm Sanctuary est née, en 1986, de l'union d'un homme, Gene Bauer, et d'une femme, Lorri Bauston. Tous deux végétaliens, activistes, ils enquêtaient à l'époque sur les conditions de vie et de mort des animaux dans les fermes, les parcs à bestiaux et les abattoirs. Tellement choqués par les horreurs qu'ils découvraient chaque jour, ils ont décidé d'agir, et ont crée une organisation pour sauver ces pauvres bêtes de leur tragique destin et leur permettre de vivre une vie longue et paisible, loin de toute violence et souffrance. Le premier « bébé » à emménager sous le toit bienveillant du couple fut Hilda, une brebis retrouvée agonisante sur une pile de cadavres de ses congénères, dans un parc à bestiaux à Lancaster.

Depuis elle, plus de 7000 animaux ont vécu dans l'un des deux sanctuaires (à New York ou en Californie) et des milliers d'autres ont pu trouver un foyer plein d'amour grâce à l'aide de cette organisation.

Mais avec le temps, Farm Sanctuary aura surtout permis d'ériger un étendard, de donner une voix à l'animal de ferme, pour communiquer, informer et éduquer les gens sur la réalité de l'industrie carné, et tenter de faire changer les choses. Parmi les grandes victoires de l'organisation, une qui me touche particulièrement (pour ceux qui connaissent l'origine de mon végétarisme) concerne la rédaction et la mise en place en Californie, en 2004, d'une loi interdisant la fabrication et la vente de foie gras dans cet état.

Je conseille vivement donc, à toute personne visitant New York ou la Californie de faire un passage par l'un de ces havres de paix. Des volontaires y travaillent à l'année pour garantir aux animaux une vie confortable et heureuse. Pour 3 dollars par personne, le samedi, vous pouvez bénéficier d'une visite guidée des différents bâtiments, ce qui vous permettra d'apprendre pleins d'anecdotes sur les nombreux habitants de ces fermes (800 bêtes à NY & 400 en CA), leurs histoires personnelles et vous pourrez vous en donner à coeur joie pour les nourrir, les caresser, les bichonner, les photographier....N'hésitez plus !

Anecdotes diverses apprises lors de ma visite :

-Les poules et les coqs sont des animaux très intelligents. Leur langage comporte plus d'une quarantaine de sons distincts. La plupart du temps, ces animaux vivent en « harem », à savoir un coq pour plusieurs poules. Ce dernier, plutôt inquiet et possessif n'aime pas voir ses cocottes s'éloigner trop. Ainsi, Carolyn, ma guide du jour, m'a raconté que parfois, le coq, pour rappeler ses poules, utilisait le cri « nourriture » pour les faire revenir. Futé le coco...

-Les poules n'aiment pas la chaleur et apprécient le fait que leur poulailler soit climatisé à Farm Sanctuary

-Les cochons ne transpirent pas et ont une peau très fragile. Ils adorent se baigner pour se rafraîchir ou se rouler dans la boue. Certains cochons à Farm Sanctuary ont besoin qu'on leur mette de la crème solaire pour les protéger des rayons parfois très vifs du soleil Californien.

-Les cochons aiment se fabriquer des « nids » de paille et dans la porcherie il est possible de distinguer les « lits » de chacun. Parfois, lorsqu'un cochon démontre un talent particulier dans l'élaboration de son nid, il est sollicité par les autres pour fabriquer les leurs.

-Le fossé entre les générations n'est pas source de conflits seulement chez les humains, les oies semblent aussi avoir leurs propres querelles « ados-adultes », c'est pourquoi, à Farm Sanctuary, il existe la maison des jeunes oies et celle des « Ladies »

-Si vous voulez caresser une oie et vraiment lui faire plaisir, il ne faut pas simplement lisser ses plumes de votre main, mais plonger les doigts au travers du duvet épais pour atteindre et chatouiller la peau en dessous. Réaction d'extase garantie !

Vous pouvez en apprendre plus sur le site officiel de Farm Sanctuary