Sas de décontamination : Vous devez y rester 5 secondes au minimum et 9 minutes au maximum (vidéo)

FAO : Le Warrantage à la rescousse des petits agriculteurs au Niger - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/04/2010 à 21h25 par laurence.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
FAO : Le Warrantage à la rescousse des petits agriculteurs au Niger

L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a annoncé lundi avoir testé avec succès au Niger un mécanisme de financement appelé Warrantage destiné à aider les petits agriculteurs à doper leurs revenus.

Alors que les agriculteurs nigériens étaient obligés de vendre leur production après la récolte au moment où les prix sont au plus bas, ce système leur offre l'opportunité de ne pas écouler immédiatement leur production mais de l'utiliser en gage du remboursement d'un prêt bancaire.

Dans la pratique, il s'agit d'accorder des prêts aux petits agriculteurs qui doivent en échange déposer leur récolte dans un entrepôt dont les clés sont détenues par la banque et par leur organisation.

Grâce à ce système, qui sera étendu à tout le Niger avant d'être reproduit dans les pays voisins, les petits exploitants bénéficieront de crédits pour acheter les intrants essentiels pour la campagne suivante de semis, tout en leur permettant de conserver leur récolte jusqu'à la période de soudure lorsque les stocks vivriers commencent à se raréfier et les prix à grimper, explique la FAO.

A ce moment, ils débloquent leurs stocks, vendent leur récolte, remboursent leur prêt et empochent la différence.

En utilisant une partie du prêt pour financer des activités génératrices de revenus complémentaires, de nombreux agriculteurs peuvent ainsi grâce à ce système, mis au point pour les agriculteurs européens à la fin du XIXème siècle, rembourser les prêts avant même d'avoir vendu leur récolte.

Citant une étude du projet du Niger menée en décembre dernier, l'Organisation a indiqué que les agriculteurs participants ont pu accroître leurs revenus de 19 à 113 pour cent en six mois.

Et comme ils ont pu acheter des semences et des engrais de meilleure qualité, leurs rendements ont grimpé entre 44 et 120 pc.

Cette solution n'est cependant pas universelle, a mis en garde l'expert en finance rurale à la FAO, Ake Olofsson.

Trois conditions doivent être remplies: il faut une association d'agriculteurs bien organisée, une banque locale ou une autre institution de financement, et un entrepôt sûr où stocker la marchandise.

Sans oublier que la récolte servant de gage ne doit pas être périssable et qu'il doit être avéré qu'elle atteindra un prix supérieur dans les mois suivant la récolte.

Enfin, la production agricole utilisée en nantissement doit être reconnue par la législation bancaire du pays concerné.

Dans le projet du Niger, ce sont le mil, le riz et les arachides qui ont servi de garantie pour la banque, conclut la FAO.

Source : casafree.com

Information recueillie par Laurence

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter laurence
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.