Face à la démocratie aéroportée : la Syrie dernier verrou avant l'Iran - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/08/2011 à 13h10 par Kannie.


FACE À LA DÉMOCRATIE AÉROPORTÉE : LA SYRIE DERNIER VERROU AVANT L'IRAN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Face à la démocratie aéroportée : la Syrie dernier verrou avant l'Iran

 

« La guerre est un fruit de la dépravation des hommes ; c'est une maladie convulsive et violente du corps politique ; il n'est en santé, c'est-à-dire dans son état naturel, que lorsqu'il jouit de la paix ». Denis Diderot Extrait de L'Encyclopédie
 

Dernière partie du scénario diabolique concocté dans les officines occidentales, pensant maintenant que le régime va tomber comme un fruit mûr, Les Etats-Unis et l'UE appellent Bachar Al-Assad à la démission : "L'Union européenne note que Bachar Al-Assad a perdu toute légitimité aux yeux du peuple syrien et qu'il est nécessaire pour lui de quitter le pouvoir", a déclaré Mme Ashton.

"Dans l'intérêt du peuple syrien, le temps est venu pour le président Assad de se retirer", explique M. Obama Les "graves violations des droits de l'homme" en Syrie contre les manifestants "pourraient relever de crimes contre l'humanité", a indiqué le 17 août un rapport du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU.

Nous allons rapporter quelques informations alternatives sur la réalité de ces manifestants pacifiques. Auparavant, quelques flash sur la mosaïque des ethnies et confessions en Syrie. Les minorités non arabes les plus importantes sont les Kurdes, habitant essentiellement le long de la frontière turque (8 %) au nord, et les Arméniens, qui vivent dans le Nord, surtout dans les grandes villes (2,8 %). La Syrie compte une douzaine de langues. Le pays est musulman à 90 % (dont les Kurdes), avec des minorités chrétiennes. La plupart des Syriens sont des sunnites (env. 70 %), mais certains sont de rite chiite, ismaélien ou alaouite.

La Syrie compte aussi des druzes professant une religion musulmane hétérodoxe. Comme tous les chiites, les druzes, ismaéliens et alaouites constituent des sous-groupes particuliers du monde musulman. Les autres Syriens non musulmans sont chrétiens, soit catholiques, grecs-orthodoxes ou arméniens-orthodoxes, mais on compte aussi un millier de juifs.

C'est donc sans conteste toutes les langues et toutes les religions du Moyen Orient qui tiennent grâce à un équilibre subtil –qui risque de voler en éclat- qui a été précédé par des siècles d'instabilité notamment depuis l'ingérence occidentale dans la Syrie ottomane souvenons nous du concept de protection des minorités cher à la France et ceci en vertu d'une promesse de Saint Louis à l'évêque Maroun (les Maronites) il y a de cela près de huit siècles !

Pour l'histoire, en attisant les tensions religieuses, l'Angleterre et la France ont mis en coupe réglée l'empire ottoman dont la Syrie était une province depuis 1516. Au cours de l'automne 1917, le général Sir Edmund Allenby a envahi la Palestine et, le 11 décembre, lui et ses officiers sont entrés dans la ville sainte de Jérusalem par la porte de Jaffa. Le Premier ministre, Lloyd George, considérait cela comme un cadeau de Noël et écrivit que la chrétienté avait repris «possession de ces lieux saints».

Le général français, Henry Gouraud, entra à Damas en juillet 1920. Après avoir frappé sur le tombeau de Saladin, Gouraud s'écria : «Réveille-toi Saladin, nous sommes de retour. Ma présence ici consacre la victoire de la croix sur le croissant.» Après la mise à mort de l'Empire Ottoman, par les accords de Sykes Picot la France s'adjugea la Syrie dont elle fit un protectorat de 1920 à 1941.

La réalité du terrain : Pacifistes ou rébellion armée ?

On parle de militants pacifistes. Qui sont ils ? Ces manifestants manifestent mais dans le même temps, on parle de subversion. Il est vrai qu'il y a des manifestations dans certaines villes, qu'il y a des morts, que l'armée est intervenue. Les médias aux ordres attribuent cela à l'armée. Ce qu'ils ne disent pas, c'est qu'il y a une rébellion soutenue par l'extérieur. C'est une vraie guerre entre les forces armées syriennes et c'est ce que le pouvoir appelle les «hors-la loi».

Pour le représentant russe auprès de l'Otan «L'OTAN planifie en ce moment une campagne militaire contre la Syrie afin d'aider à renverser le régime du président Bachar al-Assad avec comme objectif à longue échéance de préparer une tête de pont dans la région pour l'attaque contre l'Iran». Dimitri Rogozin, délégué de la Fédération de Russie auprès de l'OTAN.

Rogozin commentait, vendredi 5 août dans le quotidien moscovite Izvestia, la condamnation par le conseil de sécurité de l'ONU, deux jours plus tôt, de la répression violente en Syrie. «Le noeud coulant autour de l'Iran se resserre. Des préparations militaires contre l'Iran sont déjà en cours de réalisation» affirme Rogozin, pour qui l'OTAN n'a pour but que d'intervenir contre les régimes «dont les vues ne coïncident pas avec celles de l'Occident.»

Pour Michel Chossudovsky, des développements récents en Syrie indiquent qu'il s'agit d'une insurrection armée à part entière, intégrée par des mujahideen, islamistes («Freedom Fighters »), appuyés, entraînés et équipés par l'OTAN et le haut commandement de la Turquie. Selon des sources du renseignement israélien : entre-temps, le quartier général de l'OTAN à Bruxelles et le haut commandement turc dressent des plans pour leur première étape militaire en Syrie, laquelle consiste à munir les rebelles d'armes pour combattre les chars d'assaut et les hélicoptères constituant le fer de lance du régime Assad pour réprimer la dissidence.

Afin de repousser les forces armées gouvernementales, les stratèges de l'OTAN pensent davantage à répandre de grandes quantités d'antichars, de roquettes antiaériennes, de mortiers et de mitrailleuses lourdes dans les centres où ont lieu les contestations, au lieu de répéter le modèle libyen de frappes aériennes. (...)L'OTAN et le haut commandement turc envisagent également le développement d'un djihad impliquant le recrutement de milliers de mujahideen («Freedom Fighters», ce qui évoque l'enrôlement de moudjahidines pour mener le djihad (guerre sainte) de la CIA à l'âge d'or de la guerre soviéto-afghane.

Nous voilà avertis, on appréhende un peu mieux la nature du mouvement pacifiste syrien et les 2000 morts dénombrés dont 400 des forces de sécurité n'ont pas interpellés les médias aux ordre quant à la mort bizarre de 400 militaires de la main de pacifistes désarmés.

La boite de Pandore des conflits interconfessionnels et ethniques

(...)

 

Pour lire la suite de cette analyse du professeur Chems Eddine Chitour, cliquer sur Source ou Lien utile
 

Un article publié par

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

 





Auteur : Chems Eddine Chitour

Source : www.palestine-solidarite.org