Fabriquer la vie ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/12/2011 à 20h28 par Mich.


FABRIQUER LA VIE ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Fabriquer la vie ?

 

Au 15è siècle Paracelse alchimiste, astrologue et médecin considérait l'acte sexuel comme indigne de l'homme et pour l'en dispenser il décida de fabriquer lui-même un être humain en faisant putréfier du sperme dans du fumier pendant 40 jours. Une expérience évidemment sans lendemain. Mais cinq siècles plus tard où en est cette volonté mythique de « fabriquer la vie » ?

Qu'en est-il de ce rêve impossible que l'homme a caressé de tout temps et qui dans la littérature a pris les traits du maléfique Docteur Faust ou du monstrueux Frankenstein ?

Biologie de synthèse : le rêve devenu réalité?

Avec la biologie de synthèse dont le but est de concevoir de nouveaux systèmes biologiques, il semble bien que le rêve soit devenu réalité. Publié aux éditions du Seuil, sous le titre « Fabriquer la vie », un livre de Bernadette Bensaude-Vincent, professeure de philosophie des sciences et des techniques, et de la journaliste scientifique Dorothée Benoit-Browaeys apporte un éclairage nouveau sur la question.

Cet ouvrage clair et précis nullement réservé à des spécialistes, analyse les divers aspects du problème : scientifique, bien sur mais aussi philosophique, éthique et sécuritaire au moment où les progrès de la science risquent d'être détourné de leur objectif pour tomber entre des mains malveillantes et provoquer en fin de compte des catastrophes à l'échelle planétaire.

Le coup d'envoi de la biologie de synthèse a été donné il y a à peine plus d'un an, en mai 2010 lorsque le biologiste et homme d'affaires américain Craig Venter a annoncé avoir créé pour la première fois une cellule vivante à partir d'un ADN synthétique. « Je suis en train de créer la vie artificielle », a assuré alors le savant américain.

De nombreux scientifiques ont estimé que Craig Venter avait peut-être exagéré la portée de sa prouesse. Mais il n'en reste pas moins que la biologie de synthèse a ouvert de nouveaux horizons. Les multinationales n'ont pas manqué de les transcrire en termes économiques, prévoyant l'éclosion rapide de nouveaux marchés, synonymes de rentabilité accrue.

Une vision confirmée par le département de l'Energie américain qui prévoit que la biologie de synthèse représentera en 2016 un marché de trois milliards de dollars.

Une industrialisation de la biologie synthétique

Car la nouvelle science ne manquera pas d'avoir un impact sur divers secteurs : l'énergie avec la production de biocarburants, la pharmacie avec la création d'organismes transformés en usines à médicaments, la chimie avec la synthèse des molécules complexes ou encore la décontamination de l'environnement.

Que des entreprises comme Cargill, BP, Exxon, DuPont, BASF, Pfizer aient déjà commencé à s'y intéresser et qu'elles soient prochainement rejointes par les géants de l'informatique que sont Microsoft, IBM ou Google, n'étonnera donc personne. L'industrialisation de la biologie synthétique est bel et bien à l'ordre du jour.

De son côté le gouvernement américain n'est pas en reste. La Darpa, l'agence pour la recherche du ministère américain de la Défense, a ainsi débloqué en 2011 six millions de dollars pour des projets de biologie synthétique dont certains semblent tenir de la science-fiction.

L'immortalité en l'occurrence puisque l'un des objectifs prévus est rien moins que de créer une « nouvelle génération de cellules régénératives » programmées pour vivre indéfiniment.

Un risque d'apocalypse?

Mais à la veille de ce développement tous azimuts tous les risques ont-ils été correctement évalués ? A-t-on prévu l'impact de cette nouvelle industrie sur l'environnement ou la santé humaine ?

A-t-on vraiment pris toute les précautions pour limiter la prolifération des informations sur la biologie synthétique alors que, par exemple selon Roger Brent, directeur de l'Institut des sciences moléculaires de Berkeley, « 100.000 personnes sont actuellement capables de fabriquer leur propre anthrax » ?

La population mondiale ne risque-t-elle pas à terme d'être dévastée par un virus mis au point par des « bio terroristes » et contrainte comme dans le film apocalyptique « L'armée des 12 singes » de se réfugier sous terre ?

«La communauté des biologistes de synthèse peut certes se donner confiance en se dotant d'une artillerie de gestion des programmes –feuilles de route, banques de données, standards, règlements, formules de confinement, éthiciens embarqués -, son avenir n'est pas pour autant assuré.

Les capitaux affluent, les gouvernements se mobilisent... les microbes ricanent ! », avertissent les deux auteurs. André Birukoff

 

Fabriquer la vie. Bernadette Bensaude-Vincent et Dorothée Benoit-Browaeys. Editions du Seuil

 

Un article de Bernadette Bensaude-Vincent et Dorothée Benoit-Browaeys, Editions du Seuil, publié par a-lire.info

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Bernadette Bensaude-Vincent et Dorothée Benoit-Browaeys - Editions du Seuil

Source : www.a-lire.info