Extinction des éclairages routiers : écologie vs sécurité? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/05/2010 à 17h52 par Tanka.


EXTINCTION DES ÉCLAIRAGES ROUTIERS : ÉCOLOGIE VS SÉCURITÉ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Extinction des éclairages routiers : écologie vs sécurité?

Depuis le 12 mai, le tronçon Ouest de l'A86, est éteint. Un premier pas vers l'extinction de presque la moitié de l'éclairage des voies rapides d'Ile de France. Une mesure en faveur des économies d'énergie et de la biodiversité. Une mesure dangereuse pour la sécurité des automobilistes?

Effet « Lost highway » : vous êtes seul sur une route, éclairée seulement par la lumière de vos phares et vous avancez dans la nuit... Rassurez-vous, vous n'êtes pas en plein désert ou en rase campagne ! Vous vous trouvez sûrement sur le tronçon Ouest de l'A86, entre l'A15 et l'A14, d'ores et déjà éteint, sur décision de la Direction Interdépartementale des Routes Ile-de-France (DIRIF), depuis le 12 mai. Progressivement, c'est 115 km de voies rapides sur 243 en Ile de France qui devraient être plongés dans le noir...

L'objectif ? Economie d'énergie et biodiversité

L'objectif de l'extinction des feux? Faire 40 % d'économies d'énergie, lutter contre lapollution lumineuse responsable d'une perturbation importante de la biodiversité, réduire de 45 % les émissions de CO₂ précise la DIRIF. Des mesures qui viennent compléter les efforts écologiques en matière d'éclairage urbain : passage aux LED, projets d'éclairage dynamique dans certaines zones.

Allumage réduit : moins d'accident ?

L'extinction des éclairages urbains c'est écologique, mais quid de la sécurité routière ? Pas de soucis de ce côté clame la DIRIF, au contraire. D'après des observations réalisées sur un tronçon de l'A15, plongé dans le noir depuis 2007 pour cause de vandalisme, il semblerait que les accidents y sont moins nombreux de 30%. La raison ? Les automobilistes sont obligés de rouler moins vite. Outre cet exemple, la DIRIF compte tout de même améliorer les signalisations et les chaussées dans les zones vouées à l'extinction, pour en optimiser la sécurité.

Ecologie (et économie) versus sécurité routière?

Evidemment, au vu des économies tout aussi substantielles réalisées sur les finances publiques : de l'ordre d'1,2 millions d'euros, le doute persiste... Une étude menée par le Centre de Physiologie appliquée (CNRS de Strasbourg) sur l'influence de l'éclairage sur le comportement des conducteurs montrerait par exemple qu'il n'y a pas d'augmentation de la vitesse de conduite en présence d'éclairage. C'est aussi plus de sécurité pour les personnes arrêtées sur la bande d'arrêt d'urgence la nuit. Une étude plébiscitée par l'Association Française de l'Eclairage (AFE).

Que doit-on donc en penser ? Ne sont-ce que des querelles d'intérêts économiques et écologiques? Pour vaincre les résistances à la mise en place de cette extinction de l'éclairage routier, la DIRIF s'est engagée à mener une veille en accidentologie pendant 2 ans sur les zones obscures pour vérifier la viabilité de l'extinction.

Source : www.greenzer.fr

Pour en savoir plus sur la situation planétaire