Eureka : Les excréments de panda et la production de biocarburant - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/09/2011 à 11h44 par Mich.


EUREKA : LES EXCRÉMENTS DE PANDA ET LA PRODUCTION DE BIOCARBURANT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Eureka : Les excréments de panda et la production de biocarburant

 

Titre original :
Une bactérie issue des excréments de panda géant ferait progresser la production de biocarburant

 

« Qui aurait deviné que les crottes de panda pourraient aider à résoudre un des obstacles majeurs dans la production de biocarburants ? » Biochimiste à l'Université du Mississipi (Etats-Unis), Ashli Brown a posé cette question à ses confrères lors de la réunion de l'American Chemical Society avant-hier à Denver (Colorado).

Il est l'un des auteurs d'une étude selon laquelle les déjections de ces plantigrades comporteraient des bactéries particulièrement efficaces pour la décomposition de bambou. Les scientifiques tentent maintenant d'extraire les enzymes desdites bactéries utilisés pour digérer la cellulose des végétaux et bien plus efficaces que les agents microbiens découverts précédemment dans les estomacs de termites.

Une fois isolés, les enzymes pourraient ensuite être produits en laboratoire afin d'accélérer le processus de transformation de la cellulose en biocarburant, particulièrement complexe et coûteux à l'heure actuelle.

Cette découverte est à associer à celle réalisée la semaine dernière par des chercheurs de l'Université de Tulane (Nouvelle-Orléans), lesquels ont révélé qu'une souche de bactéries nommées TU-103 peut transformer du papier journal en butanol. « La cellulose se trouve dans toutes les plantes vertes.

C'est le matériau organique le plus présent sur Terre et sa conversion en butanol est le rêve de nombreux scientifiques, a commenté Harshad Velankar, stagiaire au sein du laboratoire de David Mullin dans le département de Tulane de biologie cellulaire et moléculaire.

Et de souligner qu'« au moins 323 millions de tonnes de matières cellulosiques sont jetées chaque année aux Etats-Unis et pourraient pourtant être utilisés pour produire du butanol », l'un des biocarburants les plus efficaces car, en plus d'être propre, il apporte plus d'énergie que les autres et peut être utilisé dans un moteur classique à combustion sans aucune modification.

« Cette découverte pourrait réduire le coût de production des bio-butanols. En plus des potentielles économies sur le prix du gallon (NDLR : 1 gallon = environ 3,78 litres), elle réduirait considérablement les émissions de dioxyde de carbone par rapport à l'essence et aurait un impact positif sur les déchets », a précisé M. Mullin.

« Notre découverte enseigne aussi une leçon sur l'importance de la biodiversité et la préservation des animaux en danger, a de son côté déclaré Ashli Brown, sachant que moins de 2 500 pandas géants demeurent à l'état sauvage dans le monde. « Les animaux et les plantes représentent une source importante de remèdes et autres produits dont les populations dépendent et que l'on pourrait perdre si certaines espèces sont victimes d'extinction », a-t-il ajouté.

Une perspective que l'on digèrerait mal.

 

Un article de Allison Fourrier, publié par zegreenweb.com

 

Lien source corrompu. Cliquer ICI

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Allison Fourrier