Etre végétarien, est-ce bon pour la santé ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/11/2010 à 13h38 par Mich.


ETRE VÉGÉTARIEN, EST-CE BON POUR LA SANTÉ ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Etre végétarien, est-ce bon pour la santé ?

Un régime végétarien assure un équilibre nutritionnel correct à condition qu'il soit bien mené. Tous les besoins du corps, ou presque : lipides, glucides, protéines,... ainsi que les vitamines sont apportées. Par exemple, les végétaux tels que les céréales, racines, fruits et légumes sont très riches en glucides et en sucres lents.

De plus, les graisses d'origines végétales sont bien plus saines pour l'organisme que celles qui proviennent des animaux, car elles préviennent les maladies cardiovasculaires et n'obstruent pas les vaisseaux sanguins en s'agglutinant.

Cependant, pour pallier d'éventuelles carences dans le cadre d'un régime végétarien ou végétalien, quelques recommandations alimentaires sont fréquentes, en particulier l'association de céréales et des légumineuses (lentilles, haricots pois, ...). Petit bémol : la vitamine B12 se trouve essentiellement dans le lait et les oeufs : aliments non consommés par les végétaliens. Il leur est donc recommandé de veiller à un apport sous forme de complément alimentaire.

De nombreuses études attestent que le végétarisme et le végétalisme sont bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies, et ce à toutes les périodes de la vie : grossesse, allaitement, petite enfance, enfance, adolescence et adulte, ainsi que pour les athlètes. En effet, il a été établi que les végétariens et végétaliens vivent en moyenne 6 à 10 ans de plus que le reste de la population.

Par exemple, de nombreuses statistiques indiquent que le régime végétarien diminue les risques de développer des pathologies cardio-vasculaires : les produits animaux étant la principale source de cholestérol dans l'alimentation, les végétariens sont protégés. De plus, les fibres aident à réduire le niveau de cholestérol et les produits animaux ne contiennent aucunes fibres.

Certains cancers peuvent aussi être évités : de nombreuses études épidémiologiques et cliniques ont montré que les végétariens sont environ 50 % moins susceptibles de mourir d'un cancer que les non végétariens.

En effet, de par leur alimentation, ils évitent le gras animal qui est relié au cancer et reçoivent une abondante quantité de fibres et de vitamines qui aident à prévenir cette maladie.

De plus, l'analyse sanguine des végétariens révèle un plus haut taux de " cellules tueuses naturelles ", des globules blancs spécialisés qui attaquent les cellules cancéreuses. Il a également été démontré que les régimes végétariens réduisent les risques d'une personne à développer des pierres aux reins et des calculs biliaires.

D'autres études cliniques tendent à démontrer que la consommation de viande, (poissons compris), [ n favorise le développement de la maladie d'Alzheimer. Idée renforcée par les populations indiennes pratiquant le végétarisme depuis des générations et qui ont le taux d'individus touchés par la maladie d'Alzheimer le plus faible enregistré de par le monde.

Émilie Bouchard photographe

Enfin, l'Association Diététique Américaine déclare « quand bien même des facteurs extérieurs, tels que l'activité physique et le fait de s'abstenir de fumer et de boire de l'alcool, pourraient jouer un rôle, une alimentation sans viande est clairement un facteur contribuant à réduire le taux de morbidité et de mortalité de plusieurs maladies dégénératives chroniques » et considère que le régime végétarien est efficace pour la prévention et le traitement de nombreuses affections.

Cependant, certains organismes appellent à la vigilance ! Dans le livre « La santé vient en mangeant », l'institut National de prévention et d'éducation santé (INPES) souligne ainsi : « Sachez que ce type de régime rend très difficile la satisfaction des besoins en acides aminés indispensables, en fer, en calcium et en certaines vitamines. Le suivi d'un régime végétalien à long terme fait courir des risques pour la santé, notamment pour les enfants ».

Les risques de carences en vitamines et minéraux, ainsi qu'en acides aminés essentiels (les composants des protéines) sont donc importants. Il faut donc privilégier les protéines végétales (le fameux soja par exemple) et ne pas hésiter à se supplémenter en vitamine B12 et D, calcium et fer. Dans tous les cas, il est conseillé de demander conseil à un nutritionniste ou une diététicienne pour éviter la fatigue et ne pas se mettre en danger.

Pour info : il existe principalement dans le monde trois réseaux de professionnels de la santé défendant le végétarisme :

* l'ADA (American Dietetic Associations), association regroupant plus de 70 000 professionnels de la santé,

* la SSNV (Société Scientifique de Nutrition Végétarienne) en Italie,

* et en France, l'APSARES (Association de Professionnels de la santé pour une alimentation responsable), née en 2008.

Deviens lanceur d'alertes

SOS-planete, le site géant qui déchire!





Auteur : Sophie Wilson/Chloé Dhoye/Neoplanete

Source : www.neo-planete.com