Étendre les droits de l'homme aux singes ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/10/2011 à 12h25 par Tanka.


ÉTENDRE LES DROITS DE L'HOMME AUX SINGES ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Étendre les droits de l'homme aux singes ?

 
L'histoire de Victor, un chimpanzé de 35 ans, ressemble à celle de César, le héros de La Planète des Singes : les origines, le film de Rupert Wyatt qui cartonne au cinéma

Sa mère ayant été tuée, Victor a été recueilli par une famille française. Mais comme César, Victor est devenu trop grand et trop agressif pour continuer à vivre avec sa famille d'accueil qui « l'a maintenu enfermé pendant quatorze ans dans une cage », raconte Cristina Valsera, biologiste à la fondation Mona. Contactée par une ONG française, celle-ci a accueilli Victor, « avec qui les vétérinaires sont obligés de parler en français. Il a mis quatre ans pour communiquer avec les autres chimpanzés. »

Un vote du parlement espagnol

La fondation Mona dispose de 5 100 m2. Y vivent Marco, Charly, Toni « qui ont vécu pendant huit ans dans l'obscurité d'un camion » ; ou Zara et Nico, qui travaillaient pour une grande chaîne de télé espagnole. « Enfermés dans une cage d'un mètre carré, ils ont été retrouvés avec des traces de coups et la mandibule déformée », explique Cristina Valsera.

Pedro Pozas Terrados, directeur exécutif du Projet Grands Singes, lutte au parlement espagnol pour que les primates aient de meilleures conditions de vie dans les zoos, qu'on interdise les expérimentations en laboratoire et qu'on ne les utilise plus dans les spectacles.

Il attend avec impatience les élections anticipées du 20 novembre pour présenter de nouveau, au Parlement, une initiative destinée à garantir des droits fondamentaux pour les primates : droit à la vie, droit à la liberté et droit à ne pas être torturé. Adoptée par les députés en 2008, cette résolution parlementaire n'a pas été appliquée par le gouvernement espagnol, qui selon Pedro Pozas, « avait peur d'être ridiculisé ».

Pour Miguel Llorente, directeur de recherche à la fondation Mona, il s'agit d'une initiative louable mais qui a « l'inconvénient de se centrer exclusivement sur les grands singes, alors qu'il existe bien d'autres espèces de primates ».
 

Un article de Isabelle BIRAMBAUX, publié par Ouest-france
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Isabelle BIRAMBAUX

Source : www.ouest-france.fr