Espagne. Un parc protégé victime de puits illégaux - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/10/2009 à 15h00 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Espagne. Un parc protégé victime de puits illégaux

Information recueillie par Michel95

Si tous les courageux et braves types qui sont morts sur nos plages et ailleurs pour libérer l'Europe voyaient ce que l'on fait de cette liberté...

J'ai honte car l'article ci-dessous n'est "qu'un exemple " parmi une multitude d'autres cas sur notre planète !

"Rien ne sert de courir ; il faut partir à point" disait La Fontaine.

Est-il encore temps ...?

Un incendie ravage les entrailles d'un parc naturel espagnol, asséché par des puits illégaux.

Bruxelles somme Madrid de s'expliquer.

De notre correspondante en Espagne.

Le pillage constant des nappes d'eau souterraines du parc naturel des Tablas de Daimiel, pour arroser les cultures agricoles avoisinantes, a été maintes fois dénoncé.

Mais ces alertes n'ont pu empêcher le pire.

Résultat, le site est ravagé par des incendies sous-terrains depuis le mois d'août.

Un comble pour un écosystème humide, formé par les crues des rivières de la région.

Ce point de nidification et d'hibernation pour des milliers d'oiseaux migrateurs est aussi le dernier exemplaire d'un écosystème baptisé «tables fluviales», selon ses responsables, qui déplorent un «processus de dégradation irréversible».

Après quatre ans de sécheresse, la tourbe millénaire qui repose sous la terre lézardée a pris feu.

«Nous avons déjà perdu le parc d'origine», se lamente Miguel Angel Hernandez, coordinateur du groupe Ecologistas en Acción.

Sa disparition compromet aussi le futur du parc humide, puisque le sol pourrait perdre sa capacité de rétention de l'eau.

Bruxelles menace

Alertée, la Commission européenne vient de fixer un ultimatum à l'Espagne, qui a dix semaines pour expliquer comment elle a pu permettre cette «catastrophe écologique», comme la qualifiait, il y a peu, le président du parc, Luis Arroyo.

Si les justifications de Madrid ne sont pas jugées satisfaisantes, le dossier pourrait arriver jusque devant la Cour européenne de Justice, et l'Espagne risquer une amende pour ne pas avoir su conserver ce lieu protégé par l'Union européenne.

Déjà, l'an dernier, l'Unesco avait menacé de lui retirer son statut de «Réserve de la biosphère».

C'est justement pour le préserver de l'intensification croissante de l'arrosage des champs établis dans cette zone aride que le site avait été déclaré parc national en 1973.

Le secrétaire d'État au Milieu rural et à l'Eau, Josep Puxeu, vient d'annoncer la mise en route d'un transvasement d'urgence depuis le Tage vers le parc.

Le gouvernement a, en plus, acheté des terres avoisinantes.

Mais pour Miguel Angel Hernandez, l'apport extérieur d'eau est «contre-productif». «Il ne sert à rien d'ouvrir un robinet si l'on ne bloque pas les puits illégaux.»

Élodie Cuzin

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr