Enquête sur les conséquences de l'acidification des océans d'ici 2050 - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/08/2013 à 12h22 par Fred.


ENQUÊTE SUR LES CONSÉQUENCES DE L'ACIDIFICATION DES OCÉANS D'ICI 2050

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Enquête sur les conséquences de l'acidification des océans d'ici 2050

 

Le dioxyde de carbone que nous rejetons dans l'air retombe dans les océans et les acidifie peu à peu. Restera-t-il des huîtres, des moules et des récifs coralliens dans cent ans ?

(...)

Par un caprice de la géologie, la mer qui cerne Castello Aragonese permet d'entrevoir ce que seront les océans en 2050 et au-delà. Des bulles de gaz carbonique – ou CO2 – jaillissent de cheminées volcaniques du fond marin, et se dissolvent pour former de l'acide carbonique.

(...)

« Environ 25 % de toutes les espèces présentes dans les océans passent au moins une partie de leur vie dans les systèmes coralliens, m'explique un soir Ken Caldeira, spécialiste de l'acidification des océans à l'Institut Carnegie pour la science, avant d'aller prélever des échantillons d'eau sur la barrière. Les coraux construisent l'architecture de l'écosystème. Il est assez évident que, s'ils disparaissent, c'est tout l'écosystème qui disparaîtra. »

(...)

 

 

Le problème pourrait se poser dès 2050. Si le taux d'émission reste inchangé, les concentrations de CO2 dans l'atmosphère seront à peu près le double de ce qu'elles étaient à l'époque préindustrielle. De nombreuses expériences semblent indiquer que les récifs coralliens commenceront alors à se désintégrer.

(...)

Pendant la longue histoire de la vie sur la Terre, les taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère ont souvent été plus élevés que maintenant. Mais ils n'ont que très rarement – voire jamais – augmenté aussi vite que de nos jours. Et, pour la vie dans les océans, c'est sans doute la vitesse du changement qui importe.

(...)

À l'heure actuelle, les coraux et les ptéropodes ont pour adversaire une économie mondiale reposant sur des combustibles fossiles bon marché. C'est un combat totalement déséquilibré.

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Elizabeth Kolbert, publié par nationalgeographic.fr et relayé par SOS-planete

 

 

L'Actualité sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

Lundi : 6894 visiteurs

 





Auteur : Elizabeth Kolbert

Source : www.nationalgeographic.fr