Le réseau est saturé d'infos et d'intox. Plus personne ne s'entend. L'asservissement bat son plein !

Enquête sur la biomania - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/02/2010 à 11h18 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Enquête sur la biomania

Alimentation, cosméto, mode, techno... la vague bio déferle sur la France, avec ses codes, ses tribus et ses rites.

Enquête sur un phénomène de société devenu un vrai business.

Peut-être avez-vous échappé, mesdames, au cadeau écolo chic de cette Saint-Valentin 2010 : un ensemble lingerie en copeaux de pin recyclés.

Rassurez-vous, ce n'est que partie remise car tout porte à croire que ces dessous «sexy et responsables» ont de beaux jours devant eux.

Depuis octobre, la petite société qui les fabrique à partir de déchets d'élagage voit ses ventes plus que doubler.

Un engouement que sa fondatrice, Sophie Young (1), explique notamment par «le désir de bio».

Plus rien n'arrête la biomania qui déferle sur la France !

Du panier bio au savon au lait de jument en passant par le tee-shirt en chanvre et les ordinateurs en bambou, tout le monde veut consommer bio.

C'est d'ailleurs le seul clanur à avoir échappé à la crise l'an dernier.

Selon le baromètre 2009 de l'Agence Bio, nous sommes 46 % à avoir mangé au moins une fois par mois un produit issu de l'agriculture biologique, contre 44 % en 2008 et 42 % en 2007.

La tendance va se poursuivre puisqu'un quart des consommateurs de bio déclarent vouloir en faire encore plus cette année, tandis que 71 % envisagent de maintenir leurs achats.

Autrement dit, les adeptes du bio ne se détournent pas, même s'ils sont encore une petite minorité (2,5 % des achats alimentaires).

.../...

Tout le monde veut aujourd'hui sa part du gâteau bio.

A commencer par la grande distribution qui, selon l'UFC-Que Choisir, «a intégré ce business du «manger sain» et en profite pour augmenter ses marges».

Un peu partout, les rayons de produits bio se multiplient et les enseignes spécialisées sortent de terre.

La chaîne de magasins Naturalia est passée l'an dernier sous la coupe de Monoprix (groupe Casino) et connaît un nouveau développement.

Le tout premier supermarché bio a ouvert à Chartres, en décembre 2007, sous l'enseigne Naturéo, qui compte aujourd'hui deux autres magasins.

Ses fondateurs ?

Quatre associés, dont un ancien d'Intermarché, qui veulent «rendre le bio accessible au plus grand nombre».

En septembre dernier, un ancien directeur d'hypermarché Leclerc a ouvert dans le Val-d'Oise une grande surface au nom de Bio Store.

Un concept qu'il souhaite multiplier sur le territoire.

.../...

3000 fermiers bio de plus l'an dernier

.../...

Attention !

Tout ce qui est naturel n'est pas forcément bio.

Surfant sur la vague écolo, l'un des rejetons de la dynastie Mulliez (Auchan, Castorama, Décathlon...) a racheté il y a deux ans une exploitation agricole de 15 hectares à Villeneuve-d'Ascq, près de Lille, pour y ouvrir une grande surface de produits de la ferme (pas moins de 1 100 mètres carrés !).

.../...

C'est que les agriculteurs français, dont les revenus ont chuté de plus de 30 % l'an dernier, semblent enfin avoir découvert l'intérêt du bio.

L'an dernier, 3 000 exploitations conventionnelles ont été converties au bio, deux fois plus qu'en 2008 et neuf fois plus qu'en 2007 !

C'est «l'effet Grenelle», assure Etienne Gangneron, qui préside la commission bio à la FNSEA.

«Non seulement le Grenelle de l'environnement, en 2007, a relancé les aides à la conversion, mais il a aussi suscité une confiance dans l'avenir du bio», explique cet agriculteur bio installé dans le Cher.

Mais gare à ceux qui se jettent dans le bio sans y être prêts techniquement ni commercialement, prévient la FNSEA.

Une allusion aux producteurs de lait aux abois, qui se convertissent en masse ces temps-ci.

Car l'agriculture bio est exigeante, encore peu subventionnée et soumise à de multiples contraintes.

Il faut avoir la foi écolo chevillée au corps pour résister, mettent en garde les professionnels, qui assistent - mi- admiratifs, mi-inquiets - à l'afflux dans les campagnes de jeunes citadins désireux de «faire un retour à la terre» grâce à la culture bio.

Ce n'était pas arrivé depuis la vague qui avait suivi un certain Mai 68 !

Source : Sophie Roquelle - Le Figaro.fr

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Info recueillie par Michel95 dont l'épouse vient de lui demander pourquoi l'on trouve, entre autres, des tomates bio toute l'année...???

Excellente question

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.