Énergies vertes : Dardesheim, le village visionnaire - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/09/2009 à 17h48 par Michel95.


ÉNERGIES VERTES : DARDESHEIM, LE VILLAGE VISIONNAIRE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Énergies vertes : Dardesheim, le village visionnaire

Information recueillie par Michel95

La grosse Bertha, un nom qui rappellera de très mauvais souvenirs aux anciens mais celle là est pacifique et très généreuse en énergie verte.

REPORTAGE - Cette petite ville de Saxe-Anhalt a montré la voie en investissant dans les énergies propres.

C'est une petite bourgade qui a de l'énergie à revendre. À peine un millier d'âmes dans cette paisible commune de Saxe-Anhalt, perdue en pleine campagne. Mais les habitants de Dardesheim sont des précurseurs.

Grâce au vent, au soleil et à l'eau, ils n'ont pas seulement réussi à atteindre l'autonomie énergétique : ils produisent quarante fois plus d'électricité qu'ils n'en consomment !

Chauffage, éclairage, transports : ici, tout fonctionne à l'énergie propre. La belle histoire de Dardesheim commence «en 1994, lorsque nous avons investi dans les premières éoliennes modernes ( du temps de l'ex-RDA, la commune avait déjà expérimenté les éoliennes en bois), raconte le maire, Rolf-Dieter Künne, un ancien électricien. À l'époque, personne ne parlait de protection du climat ! Pourtant, nous avons fait ce pari.

Bien nous en a pris : aujourd'hui, nous revendons notre excédent d'électricité aux opérateurs du réseau. Grâce à nos bénéfices, nous avons pu offrir de beaux uniformes à nos pompiers, de nouveaux instruments à notre orchestre, et des trottoirs impeccables à tous !»

De l'école à la caserne des pompiers, en passant par plusieurs entreprises et particuliers, quasiment tous les toits de Dardesheim comportent des panneaux photovoltaïques.

Même le prêtre réfléchit à la manière d'utiliser «les dons de Dieu» sans enlaidir son église. «Pour que nos administrés se rendent bien compte des économies qu'ils font, précise le maire, nous avons installé des compteurs. Au mur du supermarché, par exemple, ou dans la cour de l'école».

La «grosse Bertha», l'éolienne la plus puissante du monde

Il est midi et le soleil fait scintiller la toiture de l'auberge de l'Aigle. «8,99 kilowatts», affiche aussitôt son compteur. De quoi éclairer la salle du restaurant, réchauffer les plats des convives, et... maintenir la bière au frais !

Depuis son installation en décembre 2005, indique encore le compteur, les panneaux solaires de l'auberge ont produit 57 758 kW. Ce qui correspond à la consommation électrique d'environ six familles et à plus de 40 tonnes de CO2 non émises.

L'énergie solaire représente le tiers de l'électricité produite dans la bourgade. Mais l'essentiel de son approvisionnement est fourni par le parc éolien du Druiberg, sur les hauteurs, à l'emplacement d'une ancienne station radar soviétique. Une quarantaine d'éoliennes y déploient leurs pales rayées de rouge, dont la «grosse Bertha» , la plus puissante du monde (6 mégawatts), capable d'assurer la consommation annuelle moyenne de 4 000 foyers).

«Nous produisons actuellement 62 MW, soit quarante fois plus que la consommation de Dardesheim, explique Heinrich Bartelt, le concepteur du projet. L'idée est d'atteindre 100 MW dans les prochaines années. Par comparaison, une centrale nucléaire produit environ 1 000 MW».

Et lorsque le vent faiblit et que le soleil disparaît ? C'est l'eau qui prend le relais. Le parc éolien est connecté à la centrale hydraulique de Wendefurth, à une trentaine de kilomètres.

En période d'excédent d'énergie, deux grosses turbines remplissent d'eau d'immenses bassins. En cas de besoin, les vannes s'ouvrent, et l'eau en s'écoulant actionne les turbines qui produisent de l'électricité. Pour compléter cet important dispositif, une centrale au biogaz a également été construite.

C'est à Dardesheim, devant le supermarché, qu'a été inaugurée en 2008 la première station-service électrique renouvelable. «Il suffit de recharger ses batteries et ensuite vous pouvez rouler pendant une centaine de kilomètres uniquement grâce au vent et au soleil, s'enthousiasme Heinrich Bartelt. Quelles sensations !»

Fiers de leur statut de première ville d'Allemagne entièrement autonome en électricité, les habitants de Dardesheim sont très impliqués. Quelque 20 000 emplois ont été créés en Saxe-Anhalt grâce aux énergies renouvelables.

D'ici à quatre ans, la région du Harz, autour de Dardesheim, prévoit de recourir exclusivement à l'électricité produite localement pour couvrir les besoins de ses 250 000 habitants. Et la petite bourgade «branchée» fait des émules encore plus loin : Munich vient d'annoncer son souhait de fonctionner uniquement grâce à l'énergie propre en 2015.

Alors que certaines voix se font entendre, notamment chez les conservateurs, en faveur du maintien des capacités nucléaires de l'Allemagne, à Dardesheim, on s'étrangle. «Pendant la campagne électorale, nous avons invité un représentant de chaque parti, raconte le maire.

"Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le lien utile"
:
Un article qui prouve que l'on peut se passer du nucléaire !