Energies fossiles, nous croyons encore au père Noël - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/01/2013 à 12h42 par pam.


ENERGIES FOSSILES, NOUS CROYONS ENCORE AU PÈRE NOËL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Energies fossiles, nous croyons encore au père Noël

 

« Gaz de houille, des ressources gigantesques sans fracturation hydraulique », « Hydrates de méthane, prochaine révolution énergétique ».

Lu ainsi, les deux articles du MONDE du 29 janvier nous présagent des lendemains qui chantent.

Mais le grand titre du premier est sous forme interrogative, « Le gaz de houille, nouvel eldorado fossile ? » et le sous-titre du second dubitatif : « Hydrates de méthane, ressource instable enfouie dans les profondeurs de l'océan. »

Le problème, c'est que la population, addict aux ressources fossiles, croit à la pérennité de notre modèle thermo-industriel parce qu'on « trouvera toujours quelque chose ».

Pour l'instant les ressources non conventionnelles, sables bitumineux, gaz de schiste, pétrole de schiste, gaz de houille, hydrates de méthane... donnent encore quelques béquilles à cette croyance.

Eclairons nos concitoyens. D'abord ils doivent prendre conscience que le fait de brûler des ressources fossiles, quelles qu'elles soient, accroissent le réchauffement climatique et les risques pour les pays pauvres ainsi que pour les générations futures.

Ensuite ils doivent prendre connaissance plus précisément des informations données par LE MONDE.

Le gaz de houille, c'est le coup de grisou qui a tué bien des mineurs, c'est du gaz naturel piégé à la surface du charbon.

On évalue (à la louche) le potentiel en Lorraine à sept ou huit années de consommation de gaz en France.

Et après avoir brûlé ce gaz, quelles seront les alternatives ?

Ensuite la faisabilité d'une production industrielle est loin d'être démontré et les risques environnementaux ne sont pas évalués.

Les hydrates de méthane, ce sont des poches de gaz encapsulées dans des cristaux de glace très instables comportant un risque élevé d'accident, utilisant des techniques off shore périlleuses pour des gisements diffus, et pouvant libérer des poches de méthane alors que ce gaz à un effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2.

 

 

Les gens comme Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, ne rentrent pas dans ces détails trop gênants : « L'exploitation du gaz de houille va permettre de réduire la facture énergétique française. »

Le ministère de l'écologie reste circonspect : « Dans le domaine de l'énergie, tout emballement sur de potentiels eldorados est souvent risqué et prématuré ». Jusqu'à présent, la sagesse écologique est perdante face aux intérêts économiques à court terme.

Nos concitoyens devraient être mieux informés des enjeux du long terme.

 

Un article de Roger Ribotto, publié par biosphere.blog.lemonde et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Roger Ribotto

Source : biosphere.blog.lemonde.fr