Energies : baisse historique de la consommation mondiale - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/11/2009 à 18h39 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Energies : baisse historique de la consommation mondiale

Information recueillie par Michel95

Il est temps de réagir !

Aucune civilisation n'a été aussi dépendante d'une énergie : l'électricité !

Tout est basé sur cette énergie.

Imaginez notre monde sans électricité :

Plus d'électroménager : réfrigérateur, télé, Internet, téléphone, jeux vidéo, etc..

Plus de chauffage. Même au gaz, il y a besoin d'une pompe électrique pour faire circuler l'eau... Au bois ? Nos forêts deviendraient vite un souvenir...

Plus d'eau au robinet.
Et oui, celle-ci arrive par gravitation depuis les châteaux d'eau mais qu'est-ce qui rempli ces châteaux d'eau?
Comment se laver ?
Et les WC...?

Supermarchés vides car plus de transport, comment se nourrir, surtout en ville ?

Plus de transport = plus de ramassage des ordures...

Entreprises paralysées = plus de boulot ni salaire...

Hôpitaux paralysés = plus de soins car leur groupes électrogènes ne feront pas de miracles très longtemps...

La solution ?

Moins consommer et devenir le plus possible autonome via l'énergie solaire et éolienne qui ne seront pas du luxe dans le futur afin de ne pas devenir l'otage d'une seule industrie ou autorité...!

Enfin une bonne nouvelle :

Avec la crise, la consommation mondiale d'électricité et de gaz atteint des baisses de niveaux historiques - respectivement - 3,5 % et - 3 % pour l'année 2009.

Avec la crise, la consommation mondiale d'électricité et de gaz atteint des baisses de niveaux historiques - respectivement - 3,5 % et - 3 % pour l'année 2009.

La plupart des grands opérateurs sont obligés de réduire la voilure.

C'est l'un des principaux enseignements de l'Observatoire européen des marchés de l'énergie, publié aujourd'hui.

«À court terme, ces entreprises repoussent - voire annulent - leurs investissements dans des projets d'infrastructures, tout en procédant à des cessions d'actifs», souligne d'emblée Colette Lewiner, directrice internationale du secteur énergie, utilities et chimie chez Capgemini.

EDF constitue ainsi un bon exemple.

Après un exercice 2008 très offensif - avec notamment l'acquisition de British Energy pour plus de 14 milliards d'euros -, le groupe français cherche aujourd'hui avant tout à se désendetter.

Il espère bien boucler au premier trimestre 2010 la vente de son réseau de distribution en Grande-Bretagne et en retirer 4 milliards d'euros.

Il est loin d'être le seul à vouloir s'alléger : l'Observatoire met en exergue que la dette cumulée des dix principaux groupes d'énergie s'élevait à 213 milliards d'euros en 2008, soit une progression de 113 % depuis 2006.

La situation ne devrait guère s'améliorer dans les prochains mois.

La baisse de la consommation et des prix devrait durer et inciter les opérateurs à la prudence.

Par exemple, des leviers de développement comme les énergies renouvelables sont très pénalisés.

L'Observatoire note que, en 2008 déjà, les investissements dans l'énergie durable en Europe (renouvelable et efficacité énergétique) avaient augmenté beaucoup moins vite (2 %) que durant les années précédentes, marquées par un taux annuel moyen de 56 %. «Sur le deuxième trimestre 2008, les investissements dans le renouvelable ont chuté de 14 % par rapport au deuxième semestre 2007, pour s'établir à 21,2 milliards de dollars».

Compteurs et réseaux intelligents

Comment reprendre un peu de souffle ?

En marge des mesures prises à court terme pour restaurer la confiance des investisseurs, l'Observatoire note que les fournisseurs d'énergie doivent s'adapter aux changements de la réglementation européenne, notamment au paquet énergie-climat.

Intensifier les moyens de production n'émettant pas de CO2 s'inscrit dans ce cadre, de même que mieux maîtriser la consommation d'énergie en optimisant les nouvelles technologies telles que les compteurs ou les réseaux intelligents.

En toile de fond, l'enjeu est «la création d'une nouvelle relation avec les clients».

En attendant le retour de la croissance, les opérateurs se trouvent de toute façon à un virage stratégique.

«Dès lors où l'énergie est une industrie lourde, les investissements se planifient à long terme, analyse Colette Lewiner.

La sécurité d'approvisionnement passe en particulier par la poursuite des investissements dans les infrastructures gazières (terminaux méthaniers, stockages et gazoducs) ainsi que dans l'exploration production en mer du Nord et dans l'Arctique.»

Frédéric de Monicault

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

........

 

Source

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr