Energie : l'extraordinaire potentiel des algues - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/09/2011 à 13h06 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Energie : l'extraordinaire potentiel des algues

 

Les algues sont non seulement utiles pour concevoir des médicaments et pour l'alimentation, elles pourraient aussi, dans un avenir proche, prendre la relève des céréales comme biocarburants. Et cela devrait en toute logique satisfaire les nombreuses voix qui dénoncent les conséquences sociales et environnementales des carburants fabriqués à partir de produits agricoles, comme le maïs.

En couvrant seulement 1 % de la surface de la France avec du plancton marin, les besoins énergétiques du pays seraient totalement pourvus, avancent les experts. Les micro-algues qui, par photosynthèse, transforment l'énergie solaire en énergie chimique, offrent de gros avantages.

Elles se cultivent facilement en bassin ou dans les bioréacteurs avec de l'eau de mer. Cela évite de puiser dans les réserves d'eau douce. Elles prolifèrent rapidement et peuvent fournir une récolte en continu.

Leur rendement de production d'huile à l'hectare est bien supérieur à celui de toutes les autres plantes. Les bassins d'algues peuvent produire la consommation annuelle mondiale de carburant s'ils sont déployés sur 400 000 hectares (4 000 km²), soit un tiers de l'Île de France.

À l'instar des espèces oléagineuses, les algues ont la propriété de contenir jusqu'à 60 % de leur masse en lipides. La productivité des végétaux marins est donc une carte maîtresse pour répondre à la menace que font peser les agrocarburants sur la biodiversité.

La force du phytoplancton ? La quantité. Un exemple : la « laitue de mer » qui est très répandue dans le monde. Avec une telle plante, il est envisageable de produire 700 fois plus de biomasse par hectare que sur un champ de blé. Contenant un pourcentage significatif d'hydrates de carbone, cette dernière a une croissance rapide.

Depuis 2006, les chercheurs du LOV, à Villefranche-sur-Mer, concoctent un produit énergétique capable de faire tourner un moteur à partir des micro-algues. Avec un litre de micro-algues, on peut obtenir cent grammes d'huile.

Le rendement à l'hectare serait ainsi trente fois supérieur à celui du colza ou du tournesol. Produire du biodiesel à partir d'algues microscopiques, tel est précisément l'objectif du projet Shamash coordonné par l'Inria.

(...)

L'exploitation des plantes marines n'en est qu'à ses balbutiements. Des bassins d'algues et des usines sont en train de naître. Un travail gigantesque de défrichage et décryptage est à entreprendre qui devrait bientôt se concrétiser par la création d'un Institut des micro-algues.

Il existerait entre 200 000 et un million d'algues offrant des particularités différentes. Elles possèdent des nitrates et des phosphates utiles pour la valorisation des déchets.

« De véritables machines à avaler le C02 ! Cela permet de piéger les métaux lourds et de restituer l'ensemble sous forme de biomasse saine. Elles le captent pour restituer de l'oxygène. »

Une vraie aubaine ! Les micro-algues peuvent donc à la fois produire un carburant « vert » tout en luttant contre la pollution. Les Américains qui, depuis plusieurs années, testent l'industrialisation des bioénergies dans des bioréacteurs installées à Hawaï et en Californie, estiment que l'huile d'algue produira à terme l'équivalent d'un quart des carburants fossiles.

En 2010, la compagnie EADS a fait voler chaque jour un Diamond DA42NG (nouvelle génération) avec un biocarburant algual. 100 kilos d'algues avaient été nécessaires pour extraire 22 litres d'huile d'algues et fournir 21 litres de biocarburant.

Pendant sa phase de développement cette quantité d'algue aurait absorbé 182 kg de CO2 et le biocarburant obtenu contiendrait huit fois moins d'hydrocarbures fossiles que le kérosène dérivé du pétrole. Ces essais ont permis d'économiser de 5 à 10% de carburant.

EADS a ainsi estimé que les biocarburants pourraient représenter jusqu'à 30% des carburants avions utilisés d'ici 2030. Cet exemple suffit à montrer l‘avenir prometteur de l'énergie des algues

(...)

Mais ce potentiel des macro et micro-organismes végétaux non alimentaires se heurte, pour le moment, à des difficultés techniques et économiques de rentabilité.

(...)

 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de D. Sabo, publié par place-publique.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : D. Sabo

Source : www.place-publique.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr