Science-fiction ? Non ! La surveillance chinoise entre littéralement dans les têtes des travailleurs

Energie : dix solutions méconnues qui peuvent changer le futur - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/01/2013 à 13h13 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Energie : dix solutions méconnues qui peuvent changer le futur

 

Le débat national sur la transition énergétique qui s'engage en ce début d'année est l'occasion d'agrandir son champ de vision sur les potentialités des énergies durables. Le futur offre un panel de ressources et de techniques d'énergies encore méconnues et néanmoins prometteuses.

Qui dit énergies durables dit le plus souvent éoliennes, photovoltaïque, hydraulique ou biomasse. Mais le panier de ces énergies est plus grand qu'on ne croit et plein de surprise. L'avenir énergétique de la planète est en effet bien plus riche qu'il n'y paraît.

Voici dix solutions encore peu exploitées, qui d'ici 10, 20 ou 50 ans viendront compléter notre mix énergétique. A condition que les recherches aboutissent, que les moyens financiers suivent et que l'éthique écologique soit associée au développement de certaines d'entre elles.

1. L'huile d'algue

D'aucuns l'affirment : la révolution de l'énergie se trouve dans les plantes. L'une d'elles est particulièrement intéressante, c'est l'huile d'algue. A l'instar des espèces oléagineuses, les algues ont la propriété de contenir jusqu'à 60% de leur masse en lipides. La force des algues : leur quantité. La productivité des végétaux marins est donc une carte maîtresse pour répondre à la menace que font peser les agrocarburants sur la biodiversité. Les algues sont capables de fournir de l'énergie sous 3 formes : biocarburant, biogaz et hydrogène. Leur exploitation est simple à mettre en oeuvre. Il suffit, après collecte, de les concentrer et de les presser dans une centrifugeuse pour en extraire l'huile. Produire du carburant vert à partir d'algues microscopiques, tel est l'objectif du projet Shamash coordonné par l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique).

(...) Vingt fois plus abondantes que les plantes terrestres, les microalgues peuvent fournir 25 000 litres d'huile par hectare, quand le colza n'en produit que 1 500 litres, le tournesol, 950, et le soja, 446. (...)

2. Le pétrole à base d'air

Transformer l'air en pétrole, telle est la prouesse technologique réalisée par une société britannique qui a mis au point un procédé chimique complexe permettant d'obtenir un pétrole de synthèse à base d'air et d'électricité. Concrètement, «nous avons pris le dioxyde de carbone présent dans l'air et l'hydrogène présent dans l'eau, et nous les avons transformés en carburant» explique Peter Harris, l'ingénieur responsable de l'innovation. Pour ce dernier, le carburant obtenu est beaucoup plus propre que celui obtenu à partir de pétrole fossile. De plus, il est compatible avec les moteurs existants, comme ceux des avions ou des navires. D'ici 15 ans, ce procédé encore récent et coûteux pourrait connaître un développement commercial.

3. L'énergie osmotique

L'énergie osmotique repose sur un phénomène physique : l'osmose. Le principe de l'osmose veut que, quand on met en présence deux liquides de concentrations en sel différentes, le liquide le moins salé va avoir tendance à se fondre dans le liquide le plus salé. La différence de salinité va donc créer un flux de l'eau douce vers l'eau salée. (...)

Il existe un endroit où l'on trouve en permanence une ressource gratuite d'eau salée et d'eau douce : l'estuaire des fleuves. (...)

4. Le thorium ou l'atome vert

Le thorium est un métal, qui se trouve naturellement dans des minerais divers, dont la monazite, la bastnaésite et l'uranothorianite. Bien qu'il ne soit pas fissible lui-même, le thorium-232 est un isotope fertile comme l'uranium-238. Bombardé par les neutrons, il se transforme en uranium 233, matière fissile. Le thorium constitue une importante réserve d'énergie nucléaire, en raison de son abondance dans la croute terrestre ; il pourrait ainsi fournir trois à quatre fois plus d'énergie que l'uranium-238. Son utilisation nécessite la mise au point d'une nouvelle filière de réacteurs nucléaires surgénérateurs.

Les chercheurs qui défendent ce minerai aux qualités particulières estiment qu'il représente la possibilité d'un nucléaire propre. Bien plus abondant dans la nature que l'uranium, il est difficilement utilisable pour fabriquer des bombes atomiques. Il est aussi économe en déchets, la plupart d'entre eux pouvant être remis dans le circuit du réacteur.

Depuis plusieurs années déjà, des chercheurs du CNRS planchent théoriquement sur un réacteur sûr, très stable et facilement pilotable. (...)

5. L'énergie thermique des mers

L'idée de l'énergie thermique des océans est toute simple : tabler sur la différence de température entre les eaux chaudes de surface (+ 25° C dans les régions tropicales) et les eaux profondes (+5°C à 1000 mètres) pour produire de l'électricité et/ou de l'eau douce. Les océans représentent un gigantesque capteur d'énergie solaire contenue sous forme de chaleur dans la couche d'eau de surface. Ils reçoivent chaque année une quantité d'énergie équivalente à plus de mille fois la demande mondiale en énergie primaire. Un potentiel estimé à cent fois celui de la marée et cinq à dix fois celui du vent. L'exploitation de l'énergie thermique des mers (ETM) redevient d'actualité dans le contexte de la recherche d'énergies nouvelles, non polluantes, susceptibles de suppléer l'usage des combustibles fossiles qui renchérissent (pétrole, charbon, gaz,...).

Bien que cela soit difficile, il est possible d'utiliser cet écart entre l'eau chaude et l'eau froide en installant des méga-pompes à chaleur capables de récupérer par « évapotranspiration » la vapeur qui va alimenter une turbine.

Les atouts d'une centrale reposant sur l'énergie thermique des océans sont non négligeables : énergie stable, peu de frais de fonctionnement, gratuité de l'eau de mer, exploitable gratuitement 24h sur 24 tous les jours de l'année, pas de confinement ou de stockage de l'eau.

6. Les bactéries carburants

(...)

7. Les bouées de récupération de l'énergie des vagues

(...)

8. Les éoliennes entonnoirs

(...)

9. Les aérogénérateurs volants

(...)

Une nouvelle génération d'ingénieurs soucieux de l'environnement juge la technique des éoliennes déjà dépassée. Au lieu de gâcher les paysages en alignant des éoliennes terrestres, pourquoi ne pas installer des aérogénérateurs volants ? C'est fait avec le Sky WindPower. (...)

10. Les films solaires de 3ème génération

(...)

 

Pour lire la totalité de l'article de D. Sabo, publié par place-publique.fr et relayé par  

SOS-planete, cliquer ICI

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : D. Sabo

Source : www.place-publique.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.