En pleine famine, l'Éthiopie vend ses terres fertiles à des multinationales - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/08/2011 à 19h22 par Jacques Dusens.


EN PLEINE FAMINE, L'ÉTHIOPIE VEND SES TERRES FERTILES À DES MULTINATIONALES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Alors que plusieurs millions de personnes souffrent de la famine, les meilleures terres agricoles du pays sont vendues à des entreprises coréennes, malaisiennes et italiennes.

Alors que l'Éthiopie connaît l'une des pires famines de son Histoire, le gouvernement d'Addis-Abeba a décidé de confisquer les terres les plus fertiles et de les vendre à des compagnies étrangères, selon l'organisation Survival International.

Les terres concernées par l'accord commercial se situent principalement dans la région de l'Omo, au sud-ouest du pays. Les territoires agricoles ont notamment été alloués à des compagnies italiennes, malaisiennes et coréennes. D'autres lopins extrêmement fertiles seront directement exploités par l'état.

D'après Survival International, qui a pu obtenir des témoignages édifiants dans une région où les autorités ont interdit les représentants d'ONG occidentales, le gouvernement éthiopien "veut que les fermiers auto-suffisants, éleveurs et chasseurs se convertissent en ouvriers agricoles dans les plantations". L'organisation craint que les autochtones qui refuseront de s'adapter soient condamnés à l'exil.

Pas de production céréalière mais des agrocarburants

Le gouvernement souhaite consacrer une partie importante de ces nouvelles acquisitions à la production de canne à sucre et d'autres agrocarburants.

Un autre projet du gouvernement éthiopien inquiète les organisations non gouvernementales. Plusieurs barrages imposants devraient être prochainement érigés sur la rivière Omo. Pour permettre ces travaux pharaoniques, les autorités vont détourner plusieurs cours d'eau indispensables à la survie des tribus.

"Notre peuple vit dans la peur et craint le gouvernement", témoigne, sous couvert de l'anonymat, un membre d'une tribu de la vallée de l'Omo. Selon plusieurs sources concordantes, le gouvernement n'hésiterait pas à faire usage de la force et à utiliser de nombreuses méthodes barbares (tortures, viols) pour réduire au silence les paysans du grenier de l'Éthiopie.

 

Un article de la rédaction RTBF

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : Rédaction rtbf.be

Source : www.rtbf.be