En Irlande, les ONG craignent l'apparition de "nouveaux pauvres" - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/11/2010 à 19h01 par Tanka.


EN IRLANDE, LES ONG CRAIGNENT L'APPARITION DE "NOUVEAUX PAUVRES"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
En Irlande, les ONG craignent l'apparition de "nouveaux pauvres"

Le nouveau plan de rigueur annoncé mercredi par le gouvernement irlandais avec le soutien de l'UE et du FMI, va faire basculer dans la pauvreté des milliers de personnes déjà rendues vulnérables par une récession sans précédent, avertissent les organisations caritatives. "Il ne fait aucun doute que nous allons dépenser plus cette année, prédit John Monaghan, vice-président de Saint-Vincent de Paul (SVP), première association caritative d'Irlande.

Nous avons vu une nette hausse du nombre des appels : plus 40 % à Dublin et plus 50 % dans la région de Cork. Et un quart d'entre eux n'avaient jamais appelé à l'aide avant."

La faute en incombe à la sévère récession qui a frappé l'Irlande en 2008, mais également aux trois budgets d'austérité que l'île a adoptés depuis. Ajoutant encore au marasme, le nouveau plan de rigueur annoncé mercredi va ajouter "un impact catastrophique", dénonce M. Monaghan. Prévoyant de faire 15 milliards d'euros d'économie, soit 9 % de la richesse du pays, les mesures vont réduire les allocations chômage et familiales, la retraite des fonctionnaires et le salaire minimum.

De plus, 25 000 emplois publics vont être supprimés.

"NOUVEAUX PAUVRES ACTIFS"

Les restrictions vont toucher les foyers qui ne survivent que grâce aux aides sociales, mais elles vont également créer toute une nouvelle couche de "nouveaux pauvres actifs", selon l'association. 40 000 Irlandais, soit 4 % de la population active, touchent le salaire minimum, et sa réduction de 12 % pourrait être l'élément de trop qui va les faire basculer dans le dénuement : "Ils se situent juste au-dessus du seuil pour recevoir des aides sociales : ils n'ont droit à rien, et ils paient pour tout", prévient M. Monaghan.

L'effondrement de l'économie, avec un recul du PIB de plus de 7 % en 2009 et un chômage à près de 14 %, a déjà fait passer le pourcentage des pauvres de 4,2 % en 2008 à 5,5 % fin 2009, selon les dernières statistiques officielles, publiées jeudi. Pire : le taux de personnes ayant basculé au moins deux fois sous le seuil de pauvreté, avant de refaire surface, est passé à 17 %, soit un bond de 25 %.

MANIFESTATION CONTRE LA RIGUEUR

Pour cette couche de la population, qui vit "à la limite" du seuil de pauvreté, le plan de rigueur va avoir de "très sérieuses répercussions", redoute le père Sean Healy, président de Social Justice Ireland, une organisation caritative catholique. Le prêtre calcule que la réduction des aides sociales va réduire jusqu'à 31 % les allocation. "On va voir une hausse gigantesque de la pauvreté en Irlande", prédit-il. "Les plus riches bénéficient de plus de 12 milliards d'euros de dégrèvements fiscaux.

"Les plus pauvres, eux, paient pour sauver les banques", enrage-t-il. Pour le Père Healy, l'UE et le FMI, qui exigent la rigueur comme condition sine qua non à leur vaste plan d'aide à l'Irlande, sont tout aussi coupables.

Ce samedi 27 novembre, les syndicats irlandais ont appelé à une grande marche dans les rues de Dublin contre l'austérité. Le cortège aura pour destination la Poste centrale, quartier général de l'insurrection irlandaise de 1916 où fut proclamée la République, et symbole de l'indépendance du pays.

Les organisateurs attendent plusieurs dizaines de milliers de personnes. La dernière grande manifestation depuis la crise de 2008 a eu lieu en début d'année dernière et a rassemblé quelque 100 000 Irlandais.

Note de Tanka : A qui le tour ?

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : LEMONDE.FR

Source : www.lemonde.fr