En Angleterre, deux mille écolières souffrent d'effets secondaires attribués au vaccin contre le VPH - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/09/2009 à 01h34 par Michel WALTER.


EN ANGLETERRE, DEUX MILLE ÉCOLIÈRES SOUFFRENT D'EFFETS SECONDAIRES ATTRIBUÉS AU VACCIN CONTRE LE VPH

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
En Angleterre, deux mille écolières souffrent d'effets secondaires attribués au vaccin contre le VPH

Information recueillie par Michel

En Angleterre, deux mille écolières souffrent d'effets secondaires attribués au vaccin contre le VPH

Des milliers de jeunes filles ont subi des effets indésirables attribués à la vaccination controversée contre le cancer du col de l'utérus que le gouvernement a fait adopter.

Des rapports médicaux montrent que des filles de 12 et 13 ans ont eu des convulsions, de la fièvre et des paralysies après la vaccination, qui est désormais administrée dans les écoles dans le cadre des mesures visant à empêcher les femmes de développer le cancer.

Selon un rapport spécial établi par les organismes de contrôle de l'innocuité des médicaments, d'autres jeunes filles ont souffert de nausées, de faiblesse musculaire, de vertiges et d'une vision floue.

Un groupe de soutien affirme avoir reçu des douzaines d'appels de parents qui pensent que leur fille a subi des préjudices dus au vaccin.

Les parents d'une adolescente vaccinée l'automne dernier pensent que c'est à l'origine d'attaques répétées qui l'ont laissée avec des lésions cérébrales et une psychose.

Le programme de vaccination des adolescentes est controversé car il les protège contre le virus du papillome humain transmis sexuellement qui provoque 70 pour cent des tumeurs du col de l'utérus.

Quand le gouvernement a fait adopter le programme de vaccination Cervarix l'an dernier, certains militants l'ont surnommé la « piqûre de promiscuité sexuelle. »

Les militants et les familles disent que les nouveaux chiffres montrent que la vaccination n'aurait pas dû être introduite par l'intermédiaire d'un programme de masse.

Plus d'un million de jeunes filles ont déjà eu la piqûre, qui est proposée à toutes à leur entrée dans l'adolescence.

La piqûre sera également administrée aux filles plus âgées jusqu'à 2011, de sorte que le programme devrait s'étendre à toutes les adolescentes de moins de 18 ans.

Les ministres disent qu'en définitive ce plan permettra de sauver 700 vies par an, pendant que les experts en sécurité sanitaire maintiennent que le nombre de réactions suspectes est compensé par les avantages de la piqûre.

Dans les 2.000 réactions suspectes enregistrées par la Regulatory Agency (MHRA), l'organisme de surveillance des médicaments et des produits de soins de santé, la plupart étaient anodines, avec des dizaines d'enregistrements de jeunes filles affectées d'éruptions cutanées, de douleurs dans le bras, et d'allergies.

Mais le rapport préparé par le MHRA plus tôt ce mois-ci révèle aussi des cas d'adolescentes qui, peu après avoir reçu la piqûre, souffraient de convulsions, de révulsion des yeux, de spasmes musculaires, d'attaques et d'hyperventilation.

L'analyse établie ce mois-ci par la MHRA a trouvé que 2107 patientes ont signalé une sorte de réaction indésirable attribuée au Cervarix. Plusieurs ont des réactions multiples. 4.602 effets secondaires attribués au Cervarix ont été enregistrés au total.

Jackie Fletcher, la fondatrice de Jabs, un groupe de soutien aux familles dont les enfants sont tombés malades après la vaccination, a dit avoir reçu des douzaines d'appels de parents qui pensaient que leur fille avait été lésée par le vaccin contre le cancer du col utérin. Elle a déclaré :

Nous avons parlé à des parents dont les filles ont eu des convulsions, des paralysies, des troubles de la vision, des maux de tête graves et des pertes de sensibilité dans certaines parties du corps.

Telegraph, Laura Donnelly

Pour lire la suite, cliquer sur Lien utile