En 20 ans, la pêche aurait tué des millions de tortues marines - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/04/2010 à 11h45 par Tanka.


EN 20 ANS, LA PÊCHE AURAIT TUÉ DES MILLIONS DE TORTUES MARINES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
En 20 ans, la pêche aurait tué des millions de tortues marines

Plus de 8 millions de tortues marines auraient été tuées par la pêche commerciale en 20 ans. Pourtant, il existe des systèmes efficaces pour améliorer la sélectivité des outils de pêches et réduire l'impact de l'exploitation des ressources halieutiques sur les tortues marines, dont la plupart sont menacées.

Victimes du manque de sélectivité des chaluts, des palangres (ligne constituée de plusieurs hameçons fixés sur des lignes secondaires) et des filets maillants, les tortues marines se retrouvent sur les rangs des prises annexes, ces proies non-désirées capturées lors des pêches. Sur les sept espèces de tortues marines, six sont actuellement considérées comme menacées et classées, au mieux, comme vulnérables par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Dans le but d'identifier les priorités de conservation pour ces espèces, les chercheurs du Center for Marine Conservation de la Duke University ont pour la première fois rassemblé et analysé l'ensemble des données sur les tortues capturées par erreur lors des pêches.

Dans leur étude parue dans la revue Conservation Letters, les scientifiques révèlent que 85.000 tortues ont été capturées entre 1990 et 2008. Comme leurs données couvrent moins de 1% des flottes de pêches et que les petites pêcheries constituent une zone blanche (sans données), ils estiment que les prises réelles sont de l'ordre de 8,5 millions d'individus.

« Bien que nos chiffres soient des estimations, ils révèlent clairement l'importance de la mise en place de recommandations en matière d'équipement et de pratiques de pêches pour réduire ces pertes » affirme Bryan Wallace, auteur principal de l'étude.

Des prises non souhaitées et évitables

Les données sur les prises annexes montrent aussi que ces prises sont concentrées dans certaines zones, où les techniques de sélectivité vis-à-vis des tortues sont aussi les moins appliquées. Ainsi, les tortues sont capturées le plus souvent dans l'est du Pacifique, au sud-ouest et au nord-ouest de l'Atlantique et en Méditerranée. A contrario, les prises annexes au large d'Hawaï et de l'Australie, où ces techniques sont appliquées, sont plus réduites.

« Les prises annexes sont la plus grande menace pour les populations mondiales de tortues marines aujourd'hui, explique Bryan Wallace. Beaucoup d'animaux meurent ou sont blessés lors de ces prises, mais notre message est que ce n'est pas une cause perdue. Gestionnaires et pêcheurs ont des outils pour réduire ces prises annexes, préserver la biodiversité marine et promouvoir des stocks de poissons en bonne santé, de sorte que tout le monde, y compris les tortues, soit gagnant. »

Les réserves et aires marines protégées, tout d'abord, protègent les zones les plus vitales pour le cycle de vie des tortues comme les sites de reproduction et de nidification.

Ensuite, des programmes comme TurtleWatch préviennent en temps réel les pêcheurs de la probabilité de rencontrer des tortues en fonction de la température de l'eau et d'autres conditions environnementales. Ils peuvent ainsi éviter de placer leurs filets maillants dans les zones à risques. Pour les palangres, l'emploi d'hameçons circulaires réduit les risques d'ingestion et donc de blessures mortelles, tandis que la présence d'un système d'échappement pour tortue (Turtle Excluder Device ou Ted) offre une porte de sortie aux animaux pris dans les chaluts.

Il reste à généraliser ces techniques dans les zones qui connaissent actuellement les plus importantes prises annexes de tortues marines. Ce fut possible en Australie et à Hawaï, cela doit pouvoir l'être en Méditerranée et dans l'Atlantique...

Source : futura-sciences.com

Information recueillie par Tanka - La machine a gagné l'homme, l'homme s'est fait machine, fonctionne et ne vit plus.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire