Education : Rien n'est joué avant 100 ans. Plasticité cérébrale (vidéo) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/06/2013 à 17h12 par kannie.


EDUCATION : RIEN N'EST JOUÉ AVANT 100 ANS. PLASTICITÉ CÉRÉBRALE (VIDÉO)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Education : Rien n'est joué avant 100 ans. Plasticité cérébrale (vidéo)

 

"La plasticité cérébrale persiste avec l'âge. Le cerveau se modifie en fonction des expériences de chacun... Le cortex cérébral, 2 mètres carrés pour rêver." Catherine Vidal (Directrice de recherches au CNRS)

L'«esprit et l'existence sont des reflets de la culture et de l'histoire tout autant que la biologie et les capacités physiques. [...] La culture donne forme à l'esprit » Jérôme Bruner, Esthel, Paris, 1991

A chaque décennie, tout devient moins bien, les années retranchent, enlèvent, abaissent, rendent les connaissances imprécises. Montée en spectre des faiblesses, des retards, de l'inconsistance... Le temps est une malédiction où la matière est forcément perdante, où l'intelligence s'altère, où la cervelle se détache en cinquante nuisances de gris : flétrissure, ralentissement, fatigue, pensée trouble, paresse du souvenir, indolence, initiative en berne, frilosité...

Sauver ce qui peut l'être encore. Éviter les plus graves inconvénients.

Combattre les sournois assauts à force de vitamine E, absorption de pilules et autres coaches sportifs employés à haute dose. Dieu merci, les machines et artifices de toutes sortes destinés à conjurer le ramollissement cellulaire -et à effacer les plis- existent. Investissement frénétique, pour se faire un masque acceptable.

Est-ce que ça le vaut bien ? Ou est-ce repeindre les murs à l'or fin lorsqu'il y a des trous dans le plafond ?

En archéologue du présent et en conservateur du porte-monnaie, l'homme finit par creuser la question. L'érosion est-elle inéluctable ? Vivre longtemps constitue-t-il vraiment un inconvénient ?

 

 

Fini l'artifice –l'espoir– direction la science avec Catherine Vidal pour guide.

« Chez l'adulte –souligne la Directrice de recherches au CNRS- on estime à un million de milliards le nombre des synapses ! Or, pour atteindre ces chiffres astronomiques, seulement six mille gènes interviennent dans la construction du cerveau. Ce n'est manifestement pas assez pour contrôler la formation de chacune de nos milliards de synapses. Ces observations montrent que le devenir de nos neurones n'est pas directement dépendant du programme génétique. »

 


 

(...)

Au fond, l'âge –l'expérience– dessinent l'accident sur lequel on se trouve. Un paysage où l'on se promène, s'abandonne avec lenteur au sens, au jugement sûr, où l'on verse vers la clairvoyance.

La vieillesse, n'est-ce pas la liberté, n'est-ce pas marcher non aveuglément ?

 

Un article de Virginie Glaine, publié par son blog pédagogique Le chêne parlant et relayé par SOS-planete. Pour en découvrir la totalité (avec d'autres vidéos), cliquer ICI

 

 

Boycotter Monsanto en famille cet été ? Un jeu d'enfant : voici les marques...

Cet été, retrouvez toute l'actualité de SOS-planete sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Jeudi, 12 885 visiteurs !!!

 





Auteur : Virginie Glaine

Source : lecheneparlant.over-blog.com