Edgar Morin : Nous avançons en somnambules vers la catastrophe - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/11/2011 à 03h03 par Kannie.


EDGAR MORIN : NOUS AVANÇONS EN SOMNAMBULES VERS LA CATASTROPHE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Edgar Morin : Nous avançons en somnambules vers la catastrophe

 

Dossier - Que faire dans cette période de crise aiguë ? S'indigner, certes. Mais surtout agir. A 90 ans, le philosophe et sociologue nous invite à résister au diktat de l'urgence. Pour lui, l'espoir est à portée de main. Entretien.

- Pourquoi la vitesse est-elle à ce point ancrée dans le fonctionnement de notre société ?

- La vitesse fait partie du grand mythe du progrès, qui anime la civilisation occidentale depuis le XVIIIe et le XIXe siècle. L'idée sous-jacente, c'est que nous allons grâce à lui vers un avenir toujours meilleur. Plus vite nous allons vers cet avenir meilleur, et mieux c'est, naturellement.

C'est dans cette optique que se sont multipliées les communications, aussi bien économiques que sociales, et toutes sortes de techniques qui ont permis de créer des transports rapides.

Je pense notamment à la machine à vapeur, qui n'a pas été inventée pour des motivations de vitesse mais pour servir l'industrie des chemins de fer, lesquels sont eux-mêmes devenus de plus en plus rapides.

Tout cela est corrélatif par le fait de la multiplication des activités et rend les gens de plus en plus pressés. Nous sommes dans une époque où la chronologie s'est imposée. [...]

- Le progrès et le rythme auquel nous le construisons nous détruit-il nécessairement?

- Le développement techno-économique accélère tous les processus de production de biens et de richesses, qui eux-mêmes accélèrent la dégradation de la biosphère et la pollution généralisée. Les armes nucléaires se multiplient et on demande aux techniciens de faire toujours plus vite. Tout cela, effectivement, ne va pas dans le sens d'un épanouissement individuel et collectif !

[...]

Nous sommes prisonniers de l'idée de rentabilité, de productivité et de compétitivité. Ces idées se sont exaspérées avec la concurrence mondialisée, dans les entreprises, puis répandues ailleurs. Idem dans le monde scolaire et universitaire !

La relation entre le maître et l'élève nécessite un rapport beaucoup plus personnel que les seules notions de rendement et de résultats. En outre, le calcul accélère tout cela. Nous vivons un temps où il est privilégié pour tout. Aussi bien pour tout connaître que pour tout maîtriser.

Les sondages qui anticipent d'un an les élections participent du même phénomène. On en arrive à les confondre avec l'annonce du résultat. On tente ainsi de supprimer l'effet de surprise toujours possible.

- A qui la faute ? Au capitalisme ? A la science ?

- Nous sommes pris dans un processus hallucinant dans lequel le capitalisme, les échanges, la science sont entraînés dans ce rythme. On ne peut rendre coupable un seul homme. Faut-il accuser le seul Newton d'avoir inventé la machine à vapeur ? Non.

Le capitalisme est essentiellement responsable, effectivement. Par son fondement qui consiste à rechercher le profit. Par son moteur qui consiste à tenter, par la concurrence, de devancer son adversaire. Par la soif incessante de «nouveau» qu'il promeut grâce à la publicité...

Quelle est cette société qui produit des objets de plus en plus vite obsolètes ? Cette société de consommation qui organise la fabrication de frigos ou de machines à laver non pas à la durée de vie infinie, mais qui se détraquent au bout de huit ans ? Le mythe du nouveau, vous le voyez bien –et ce, même pour des lessives– vise à toujours inciter à la consommation.

Le capitalisme, par sa loi naturelle –la concurrence–, pousse ainsi à l'accélération permanente, et par sa pression consommationniste, à toujours se procurer de nouveaux produits qui contribuent eux aussi à ce processus.

On le voit à travers de multiples mouvements dans le monde, ce capitalisme est questionné. Notamment dans sa dimension financière...

Nous sommes entrés dans une crise profonde sans savoir ce qui va en sortir. Des forces de résistance se manifestent effectivement. L'économie sociale et solidaire en est une. Elle incarne une façon de lutter contre cette pression.

Si on observe une poussée vers l'agriculture biologique avec des petites et moyennes exploitations et un retour à l'agriculture fermière, c'est parce qu'une grande partie de l'opinion commence à comprendre que les poulets et les porcs industrialisés sont frelatés et dénaturent les sols et la nappe phréatique.

Une quête vers les produits artisanaux, les Amap (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne, ndlr), indique que nous souhaitons échapper aux grandes surfaces qui, elles-mêmes, exercent une pression du prix minimum sur le producteur et tentent de répercuter un prix maximum sur le consommateur.

Le commerce équitable tente, lui aussi, de court-circuiter les intermédiaires prédateurs.

Certes, le capitalisme triomphe dans certaines parties du monde, mais une autre frange voit naître des réactions qui ne viennent pas seulement des nouvelles formes de production (coopératives, exploitations bio), mais de l'union consciente des consommateurs.

C'est à mes yeux une force inemployée et faible car encore dispersée. Si cette force prend conscience des produits de qualité et des produits nuisibles, superficiels, une force de pression incroyable se mettra en place et permettra d'influer sur la production.

[...]

- La vitesse en soi n'est donc pas à blâmer ?

- Voilà. Si je prends mon vélo pour aller à la pharmacie et que je tente d'y parvenir avant que celle-ci ne ferme, je vais pédaler le plus vite possible. La vitesse est quelque chose que nous devons et pouvons utiliser quand le besoin se fait sentir.

Le vrai problème, c'est de réussir le ralentissement général de nos activités. Reprendre du temps, naturel, biologique, au temps artificiel, chronologique et réussir à résister.

Vous avez raison de dire que ce qui est vitesse et accélération est un processus de civilisation extrêmement complexe, dans lequel techniques, capitalisme, science, économie ont leur part. Toutes ces forces conjuguées nous poussent à accélérer sans que nous n'ayons aucun contrôle sur elles.

Car notre grande tragédie, c'est que l'humanité est emportée dans une course accélérée, sans aucun pilote à bord. Il n'y a ni contrôle, ni régulation. L'économie elle-même n'est pas régulée. Le Fonds monétaire international n'est pas en ce sens un véritable système de régulation.

 
(...)

 
Pour lire cet excellent article dans sa totalité, cliquer ICI

 

Un entretien avec Edgar Morin, publié par terraeco.net

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Terra eco