EDF conteste l'espionnage informatique de Greenpeace - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/11/2010 à 18h54 par Tanka.


EDF CONTESTE L'ESPIONNAGE INFORMATIQUE DE GREENPEACE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
EDF conteste l'espionnage informatique de Greenpeace

PARIS (AP) — Le groupe EDF, renvoyé en tant que personne morale devant le tribunal correctionnel pour espionnage informatique de Greenpeace, "conteste formellement les faits qui lui sont reprochés", assure mercredi son avocat, dans un communiqué.

"EDF rappelle fermement condamner toute méthode visant à obtenir des informations de manière illicite", indique Me Alexis Gublin dans ce communiqué.

Le géant français de l'électricité a été renvoyé le 15 octobre devant le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) avec deux de ses responsables. La justice leur reproche d'avoir fait espionner Greenpeace en 2006 ainsi que l'un de ses dirigeants de l'époque par le biais d'une société d'intelligence économique, Kargus Consultants avec laquelle EDF avait conclu un contrat pour une mission de veille sur le mouvement écologiste et opposé au nucléaire.

Un "hacker" a piraté les ordinateurs de l'organisation et de Yannick Jadot afin de collecter des informations relatives au fonctionnement du mouvement écologiste et de ses éventuelles actions sur les sites nucléaires d'EDF.

Un CD-Rom contenant des informations confidentielles avait été retrouvé dans le coffre d'un des responsables d'EDF lors d'une perquisition.

Selon l'ordonnance de renvoi devant le tribunal, que l'AP a pu consulter, le responsable de Kargus Consultants a indiqué que le contrat signé en novembre 2006 avec EDF "n'était destiné qu'à habiller les faits commis".

L'avocat d'EDF rappelle que l'entreprise s'attache "à prévenir toute action violente sur ses sites, notamment nucléaires qui relèvent de la défense nationale", soulignant que "EDF, comme toutes les entreprises industrielles, réalise une veille constante des informations susceptibles de concerner son activité dans le strict respect des dispositions légales".

Aucune date n'a encore été fixée pour le procès où comparaîtront huit personnes dont le coureur cycliste Floyd Landis, soupçonné quant à lui d'avoir joué un rôle dans le piratage informatique du Laboratoire national de dépistage du dopage (LNND) à l'issue de sa victoire lors de l'édition du Tour de France 2006, dont il avait été déchu après avoir été contrôlé positif.

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : AP pas/ir

Source : tempsreel.nouvelobs.com