Ecologie : « L'agriculture biologique peut nourrir le monde » - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/07/2014 à 10h51 par Exo007.


ECOLOGIE : « L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE PEUT NOURRIR LE MONDE »

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Ecologie : « L'agriculture biologique peut nourrir le monde »

 

L'agriculture biologique n'est pas une aimable fantaisie de bobos en mal de verdure, mais une démarche apte à sortir l'agriculture européenne de l'impasse dans laquelle elle se trouve.

Enjeu : nourrir neuf milliards d'habitants. Moyen : changer de paradigme, et sortir de la subvention aux machines.

 

Entretien bousculant avec l'agronome Jacques Caplat.

 

L'agriculture biologique pourrait alimenter neuf milliards d'êtres humains et être plus productive que notre agriculture conventionnelle. C'est l'idée iconoclaste défendue par Jacques Caplat.

Il est agronome, ancien conseiller agricole, fils d'agriculteur et auteur d'un ouvrage intitulé L'Agriculture biologique pour nourrir l'humanité (Actes Sud). Il y démonte les idées reçues sur l'agriculture biologique et rappelle que notre agriculture occidentale contemporaine n'est pas le seul modèle possible.

 

 

Reporterre – Voici peu, nous révélions qu'un collectif de scientifiques conteste le grand rapport de l'INRA (Institution national de recherche agronomique) sur l'agriculture biologique. Qu'est-ce que cela vous inspire-t-il ?

Jacques Caplat - Cette affaire témoigne du retard de l'INRA en matière de bio. L'INRA est une institution encore bloquée. Ceux qui ont signé cette lettre savent qu'au sein de cet institut quand on l'ouvre, ce n'est pas une bonne chose pour sa carrière.

Mais cela va encore plus loin. Le fait que dans un rapport prétendument sérieux, ils aient pris en compte le pamphlet d'un lobbyiste [Gil Rivière Wekstein, Le bio, fausses promesses et vrai marketing, Le Publieur éditions, 2011 - NDLR], pose un vrai problème de fond. Dans la plupart des centres de recherche dans le monde, si une structure ose mettre dans ses références un pamphlet politicien comme celui-là, c'est un discrédit complet et immédiat. Je ne peux pas prendre l'INRA au sérieux après un rapport comme ça.

La direction de l'INRA dit investir dans la recherche sur l'agriculture bio... Mais elle n'a jamais mis un centime de plus. Les rares travaux sur la bio à l'INRA ont quasiment tous été réalisés par des francs-tireurs. La direction de l'INRA est méprisante et désinvolte sur ce sujet.

(...)

 

 

Au lieu de se battre contre le milieu, l'agriculture biologique se sert du milieu. Un des points de départ est d'avoir des variétés ou des races d'animaux adaptées au milieu, qui doivent pouvoir y évoluer.

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Marie Astier, publié par reporterre.net et relayé par SOS-planete

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer à son financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Marie Astier

Source : www.reporterre.net