Écologie et liberté soufflent sur le 20e Festival du vent - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/10/2011 à 13h15 par Mich.


ÉCOLOGIE ET LIBERTÉ SOUFFLENT SUR LE 20E FESTIVAL DU VENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Écologie et liberté soufflent sur le 20e Festival du vent

 

La vingtième édition du Festival du vent se déroule jusqu'à dimanche à Calvi. Un joyeux mélange d'arts visuels, de spectacles et de débats sur l'environnement et la citoyenneté.

"Le vent, c'est le seul élément qu'on ne peut pas maîtriser, enfermer, cela nous fait penser au vent de la liberté, au vent qui polinise..." Ces formules poétiques, Carina Orru les a traduits en actes en président le Festival du vent : un mélange de spectacles, de musique, d'arts visuels et débats d'experts, ouverts à tous, sur fonds d'écologie et de "vivre ensemble". Cette juxtaposition parfois déconcertante, mais toujours enrichissante, se déroule jusqu'à dimanche à Calvi, en Corse.

Le vent, c'est d'abord celui qui agite les ballons en forme d'étoiles ou de poissons au-dessus la baie ensoleillée de Calvi. Sur la plage ensoleillée, des enfants se baignent et tentent ici et là de faire décoller leurs cerf-volants.

Les grandes montgolfières et les parapentes des débuts ont presque disparu. "Nous avons des difficultés d'autorisation avec le plan Vigipirate", regrette Carina Orru, qui a tout de même prévu de gonfler une montgolfière samedi soir, en hommage à la vingtième édition.

Le vent "anarcho-libertaire" qui souffle aussi sur le festival a attiré Rémi Polack pour la quatrième fois cette année. Un pinceau-balai à la main, cet artiste dessine sur le bitume des croquis d'hommes volants, transformant un coin de parking en BD géante.

C'est lui aussi qui a sculpté les silhouettes dégingandées, accrochés sur la terrasse de la Balagne, quartier général du festival, où d'autres dessinateurs réalisent chaque soir un journal de caricatures.

Les autres artistes sont aussi bien présents: des spectacles se succèdent toute la journée dans différents lieux de la ville et des concerts (payants) sont organisés chaque soir. Et au hasard des déambulations, il n'est pas rare de croiser des pingouins musiciens ou une fourmi géante.

Le vent qui brasse des idées nouvelles sur l'écologie et la citoyenneté, c'est l'élément clé du festival. Durant cinq jours, des débats sur des thèmes aussi divers que la ville durable, les révolutions arabes, l'eau, la santé par les plantes ou le nucléaire font intervenir des spécialistes de tous horizons.

"Le lieu fait qu'on parle de sujets sérieux dans une ambiance festive, explique Carina Orru. Nous ne sommes pas dans un colloque en costume-cravate. Les gens échangent plus facilement."

Le vent du changement passe aussi par de petites actions écologiques concrètes. A l'espace Fête en l'air, les enfants s'amusent et apprennent les gestes de tri, les principes de la physique, les méfaits de l'huile de palme.

Les organisateurs du festival ont initié l'abandon des sacs plastiques, interdits en Corse depuis 2003, et se battent aujourd'hui contre les mégots jetés par terre. De petits gestes qui peuvent avoir un grand impact s'ils sont adoptés par les 40 000 festivaliers.

 

Un article de metrofrance.com

 

Afficher la Source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : metrofrance.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • vent - 
  • festival